Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
Terrorisme
Droit, législation et morale
stratégie vers la liberté (actualisé en mars 2011)
La dette publique
Faut-il encourager la corruption des hommes politiques?
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 

 
La déréglementation des taxis parisiens

                         

L’affaire des applications sur les téléphones mobiles de Uberpop pour le covoiturage payant dans la ville de Paris met en péril le marché protégé des chauffeurs de taxis. Cette concurrence à la marge du marché des taxis parisiens revient à déréglementer ce cartel des chauffeurs de taxis protégés par l’Etat. Elle heurte de plein fouet les intérêts des chauffeurs de taxis qui ont payé la licence de manière légale (mais non légitime) pour exercer leur métier en détruisant l’exclusivité sur une part de marché. Elle illustre les difficultés de réformer les institutions françaises sans une thérapie de choc. 

Déréglementation des privilèges acquis : chauffeurs de taxis, pharmaciens, notaires, etc.

Par Bertrand Lemennicier

 Première version 1991/ texte revu en 2014

 
Terrorisme




Le problème du terrorisme contemporain au moyen orient, c'est la nature même de l'Etat moderne occidental. Contrairement à ce que pensent les hommes politiques et les intellectuels dont ils s'inspirent, l'Etat moderne n'est pas la solution. Il est ironique qu'un groupe privé religieux dit islamique avec une idéologie religieuse universaliste, s'empare de territoires et y installe sa loi en mettant en échec les frontières des Etats locaux modernes issus des accords secrets "Sykes Picot" de 1916 entre anglais et Français. Etats modernes certes, mais sans "nation" en dépit de la volonté de certains (Lawrence d'Arabie) de créer une nation arabe.

Tant que les occidentaux refuseront l'émergence d'une fragmentation des Etats du Moyen Orient en plus petits Etats homogènes religieusement, culturellement et politiquement, les islamistes vaincront. Le Djihad est une guerre juste (du point de vue des islamistes) "ad bellum" et injuste in bello. Tandis que les occidentaux répondent par une guerre injuste ad bellum (par la volonté d'imposer leur conception de l'Etat Moderne) et juste in Bello. Cette asymétrie risque bien de les faire perdre ce combat.


       
 
Droit, législation et morale

 

"Jamais, en vérité, au cours de l'histoire entière, les gouvernements n'ont été comme aujourd'hui dans la nécessité de se plier aux desiderata spéciaux d'un grand nombre d'intérêts particuliers".[...] "Jamais, en vérité, au cours de l'histoire entière, les gouvernements n'ont été comme aujourd'hui dans la nécessité de se plier aux desiderata spéciaux d'un grand nombre d'intérêts particuliers" .[....]"Le résultat de cette évolution est que le concept de loi, lui-même, a perdu toute signification."

 

 F. Hayek 1979,  Law, Legislation and Liberty,  Routledge and Kegan Paul, London

_____________________________

En ces temps d'avancées sociétales sous la présidence de François Hollande, il est bon de revenir aux fondamentaux de la république en empêchant tous les groupes de pression et aux hommes politiques qui servent leurs intérêts d'utiliser la législation pour imposer au reste de la population dans sa diversité ses propres convictions religieuses, politiques, économiques, artistiques et scientifiques. Le Droit n'a pas pour objet de décider du beau et du laid, du bien ou du mal du vrai ou du faux  dans tous les domaines de la vie en société mais de résoudre des conflits "moraux" entre les citoyens à propos des services rendus par les choses ou les personnes.

Le Droit a pour objet de rendre compatible entre les individus la diversité de leurs conceptions morales, politiques, économiques, scientifiques ou artistiques. Il n'a pas pour objet d'engendrer les haines et les conflits en imposant à tous les conceptions de certaines minorities intellectuelles  qui sont, à un moment donné, politiquement puissantes. Les citoyens au nom desquels les hommes politiques qui nous gouvernent s'expriment n'ont aucune légitimité pour nous imposer leurs préférences ou leurs intérêts particuliers.

Les citoyens doivent cesser de demander aux hommes politiques de réaliser leurs préférences et leurs intérêts particuliers. L'homme politique ne peut atteindre cet objectif  que par l'usage de la coercition ou de la violence dont il a le monopole légal. L'usage de la violence n'est jamais anodine, elle engendre la terreur et donc la haine de la victime ( ou qui croît l'être) à l'égard de son agresseur. La violence politique n'échappe à cette loi. Servir les intérêts de quelques citoyens par la violence politique se fait au dépens des autres concitoyens.

C'est par lâcheté et anonymement par le vote secret  que nous, en tant que citoyens, agissons ainsi en attendant des autres qu'ils fassent les sacrifices que nous devrions faire nous même.

Nous devons réapprendre à régler nos affaires religieuses, économiques, artistiques, scientifiques, morales sans faire appel à la politique c'est-à-dire à la violence légale. Nous devons nous désintéresser de l'Etat et de son pouvoir même si, chez certaines de nos concitoyennes, on sait quelle fascination il exerce.

 
Stratégie vers la liberté (actualisé en mars 2011)

"Si la liberté représente la fin politique suprême, il s'ensuit qu'on doit user des moyens les plus efficaces pour l'atteindre, c'est-à-dire les moyens qui permettront d'atteindre le but le plus rapidement et le plus complètement possible. Cela signifie que le libertarien doit être  abolitionniste,  qu'il doit viser l'objectif de la liberté dans les plus brefs délais", dans M.Rothbard 1982 The Ethics of Liberty Humanities Press, Atlantic Highlands. :


Stratégie vers la liberté

Abolition de l'esclavage privé en 1848, à quand l'abolition de l'esclavage publique?







       
       
LES AUTRES INFOS, NEWS, EVENEMENTS A LA UNE
La dette publique
Faut-il encourager la corruption des hommes politiques?
l'irresponsabilité institutionnelle des juges
Emigrer n'est pas la solution à la tyrannie fiscale
L'abstention aux élections
Le pouvoir de nuisance des syndicats
Légalisation du commerce du cannabis
le mariage "gay"

Plus
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits r�serv�s.