Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
les élections présidentielles de 2017
le pacte républicain : un piège à ....?
L'abstention aux élections
Le déclin des Etats Nations
la déchéance de la nationalité
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
Sophismes
 
SOPHISMES




Les sophismes ont souvent une apparence logique, mais sont conçus, intentionnellement ou non, pour induire en erreur. Les scientifiques, les journalistes, les hommes politiques, les artistes, les critiques, qui s’affrontent dans les débats d’idées, usent abondamment de ces figures de rhétorique. Il faut donc les connaître pour ne pas en être victime et pour, à votre tour, piéger vos adversaires !
N'hésitez pas, non plus, à lire ou relire le livre d'Aristote intitulé : La rhétorique


Présentation Power Point L'art du raisonnement

Voici deux arguments, êtes vous capables de les contrer?

Les libertariens ne sont pas crédibles, car pour eux la source de tous les maux est toujours l’intervention de l’Etat.

Le gouvernement est le grand Satan, tout le mal vient du gouvernement et tout le bien du marché selon l’Ayatollah Ayn Rand.


Les sophismes déductifs

La première chose à faire dans la discussion d'une argumentation est de vérifier si l'argument se présente sous la forme d'un syllogisme cohérent. Voici quelques exemples d'argumentation incohérente !

Syllogisme incohérent 1
Négation de l ’antécédent

Si on laisse la mondialisation forcenée se développer, alors les inégalités dans le monde et la pauvreté vont s'accroître.
Empêchons la mondialisation
_______________________
Les inégalités et la pauvreté dans le monde ne vont pas s'accroître.

Ce raisonnement n'est pas correct parce que la pauvreté et les inégalités peuvent s'accroître même si les frontières sont fermées. C'est le contre exemple. La faute de raisonnement est qu'il aurait fallu affirmer l'antécédent ( ouvrons nos frontières) dans la prémisse classificatoire et affirmer le conséquent (les inégalités et la pauvreté vont s'accroître) dans la conclusion.

Faites attention, l'argument est non seulement incohérent mais la prémisse majeure est aussi fausse.

L'état normal de la population est celui de la pauvreté et l'anomalie est la richesse ( et non l'inverse). Or c'est le libre échange international qui a apporté la croissance des échanges et donc la richesse!

Syllogisme incohérent 2
affirmation du conséquent

En absence d’Etat, il n'y a pas de cohésion sociale
Il n'y a pas de cohésion sociale
________________
Il n'y a donc pas d’Etat

A regarder les manifestations dans les rues, les grèves , les violences , les incivilités , il n'y a pas de cohésion sociale, pourtant il y a un Etat.

Il fallait nier le conséquent ( il y a cohésion sociale) et donc nier dans la conclusion l'antécédent ( Il y a un Etat).

Il ne faut pas croire que les scientifiques échappent à ces sophismes liés à la rigueur du raisonnement. Des pans entiers de la littérature économique reposent sur ce simple sophisme .

Ainsi:

S'il y a parfaite information et pas de coûts de transaction sur un marché financier, alors la valeur présente d'un projet d'investissement est indépendante de son mode de financement ( Théorème de Modigliani et Miller (1958) ).

Il n'y a pas de parfaite information et les coûts de transaction sont positifs
_________________________
donc un projet d'investissement n'est pas indépendant de son mode de financement.

C'est un sophisme consistant à nier l'antécédent. La plupart des développements autour des théorèmes élaborés par les économistes néoclassiques repose sur ce sophisme de la négation de l'antécédent.

Même s'il n'y a pas d'information parfaite et / ou si les coûts de transaction sont positifs, le projet d'investissement peut être indépendant de son mode de financement.

Il en va de même avec la conception néoclassique de la concurrence. rappelez-vous les hypothèses de la concurrence pure et parfaite.

Si :
première condition : la firme la plus importante dans un domaine donné ne contribue que très faiblement à l'offre totale de l'industrie

deuxième condition, corollaire de la précédente, chaque firme agit indépendamment des autres

troisième condition, l'information sur les offres et les demandes comme sur les prix pratiqués de ceux qui échangent est parfaite

quatrième condition est souvent ajoutée. En général, on suppose la divisibilité du produit et, très souvent, son homogénéité. On précise également que les demandeurs sont identiques: les offreurs ne trouvent aucun avantage à vendre leur produit à un consommateur plutôt qu'à un autre ou à discriminer les prix entre les acheteurs . De manière identique pour les acheteurs, ils n'ont pas une préférence particulière pour un vendeur. Les vendeurs et / ou les acheteurs sont anonymes et interchangeables.

cinquième condition précise que les ressources doivent être également productives quel que soit l'usage auquel elles sont employées. Cela signifie que ces ressources doivent pouvoir se déplacer vers les emplois les plus rentables. Il y a mobilité des ressources. Le principe d'arbitrage doit être à l'œuvre. En corollaire, l'information sur ces usages alternatifs doit être parfaite et l'entrée doit être libre.

Alors,
S'il y a concurrence pure et parfaite, alors l'économie est en équilibre et Pareto optimale.

On observe que l'une des conditions ou toutes les conditions ne sont pas satisfaites
_________________________________
donc , il n'y a pas concurrence pure et parfaite et l'économie n'est pas en équilibre ni Pareto optimale!

Cette façon de raisonner est fausse car on nie l'antécédent. Il faut nier le conséquent , l'économie n'est pas à l'équilibre ni Pareto optimale, donc on nie l'antécédent dans la conclusion, l'une au moins des conditions n'est pas satisfaite.

Vous remarquez que nier le conséquent présuppose que l'on peut observer une situation d'équilibre et Pareto optimale. Or une telle situation n'est sans doute pas observable. Toute la théorie de la concurrence pure et parfaite développée par les économistes mathématiciens et reprise par les juristes et les hommes politiques via la législation sur le droit de la concurrence repose d'une part sur un syllogisme incohérent et d'autre part n'a pas de contrepartie dans la réalité économique! Si vous êtes un économiste, méditez ce sophisme.


Les sophismes inductifs

Les sophismes inductifs apparaissent quand celui qui argumente fonde ses conclusions sur un nombre insuffisant d’observations ou de prémisses, lorsqu’il ne tire pas une conclusion aussi forte que le suggèrent les évidences ou, au contraire, quand il néglige des faits qui modifieraient totalement la conclusion.

Secundum quid
C’est le principe de la généralisation hâtive.

Vous avez vécu une ou deux expériences malheureuses avec vos professeurs d’économie. Vous les avez jugés incompétents et cela vous suffit pour porter un jugement général sur l’ensemble des économistes universitaires !
L’entreprise de M.Dupont a expérimenté avec succès la semaine des 25 heures sans baisse de salaire. Ce qui marche pour une ou deux entreprises devrait fonctionner pour toutes les entreprises ; proposons un programme politique réduisant le temps de travail !

Dicto simpliciter
Le refus des exceptions est une variante de la généralisation hâtive.
Ce comportement se produit à chaque fois que l’on suppose qu’un cas particulier doit nécessairement se conformer au cas général, alors que la règle générale n’est qu’une induction ou une généralisation grossière établie à partir de cas spécifiques.
Vous êtes considéré comme  riche Ÿ parce que vous gagnez plus de 50000Frs par mois... toutefois, l’observateur n’a pas tenu compte du fait que vous avez 7 personnes à charge !

L'accident
L’accident consiste à appliquer une règle générale à un cas particulier pour lequel des conditions accidentelles en font une exception à la règle. Cela consiste également à inférer, à partir de situations exceptionnelles, une règle générale.

Un pédophile tue avec une arme de poing plusieurs enfants dans une école et se suicide après. Les armes de poing sont dangereuses et tuent, il faut donc interdire la détention comme le port d'armes par les particuliers. D'un accident, on passe à une interdiction générale du port des armes laissant les individus à la merci des gens d'armes ou des gangsters ou d'un Etat policier ou criminel.

En temps normal, vous croyez en un certain nombre de valeurs et de règles de vie. Mais si vous étiez rescapé d’un naufrage, réfugié sur une île déserte en possession d’une arme et de très peu de nourriture, l’arrivée d’un second rescapé, chef terroriste international connu et recherché par toutes les polices du monde pour le meurtre d’un grand nombre d’innocents, et dont l’arrivée met votre vie en danger. Compte tenu de la rareté de l’eau douce sur cette île, êtes-vous prêt à respecter son intégrité personnelle ? Il vous apprendra, par la suite, que vous êtes son demi-frère. Mais, tout cela n’a aucune chance de vous arriver.

L’accident est un sophisme que l’on utilise aussi pour vous inciter à sacrifier votre vie (ou votre argent) dans des situations exceptionnelles et que l’on généraliserait à la vie de tous les jours. Est-ce que l’on doit par exemple risquer sa vie pour sauver une personne qui : a) se noie, b) est entourée de flammes, c) est suspendue au dessus du vide accrochée à la force de ses doigts à une fenêtre d’un appartement situé au 12 e étage d’un immeuble, d) ou meurt de faim sur le trottoir?
Si vous répondez oui et que vous généralisez cette conduite à la vie de tous les jours, nous dit Ayn Rand , vous devez accepter les conséquences de cette attitude et reconnaître que :
1) ou bien vous avez peu d’estime pour vous-même ou bien vous êtes irrationnel puisque : a) vous jugez que votre vie à moins de valeur que celle que vous cherchez à sauver, ou b) si votre vie vaut plus que celle de la personne que vous cherchez à sauver, en risquant votre vie, vous sacrifiez quelque chose qui a plus de valeur en faveur d’une autre qui en a moins,
2) vous avez peu de respect pour les autres puisque vous les considérez comme des gens qu’il faudrait aider systématiquement dès qu’ils sont dans le malheur,
3) vous avez une vision de l’existence humaine particulièrement pessimiste puisque le monde pour vous n’est fait que de malheurs, de catastrophes, de famines et de situations exceptionnellement dangereuses,
4) enfin cette morale du sacrifice de soi pour les autres est impuissante à résoudre le dilemme que vous allez rencontrer quand il faudra choisir entre deux personnes qui se noient celle que vous devez sauver.
A.Rand souligne avec à propos que le code moral qui guide le comportement d’un individu dans des circonstances exceptionnelles n’est d’aucune utilité pour guider l’individu dans les circonstances ordinaires de la vie en société. Les philosophes qui prétendent le contraire commettent une faute de raisonnement qui n’est pas autre chose que le sophisme de l’accident.

Les statistiques ex post facto.
Souvent, on rejette le hasard comme mode d’explication. En effet, à chaque fois qu’un événement très improbable arrive, on imagine une cause cachée.

L’émergence de l’homme sur Terre est très improbable... La cause cachée de cet événement est l’intervention de Dieu.

De même, l’explication de l’apparition du capitalisme -pourtant très improbable- en Angleterre au 18ème siècle. Pourquoi d’ailleurs en Angleterre et pas en Chine, dont le degré de civilisation semblait largement supérieur à celui des européens? Les historiens avancent le rôle de la compétition existant entre les états occidentaux, contrairement à la situation impériale et centralisée de la Chine de l’époque (hypothèse de J.Baechler (1971)).

Les économistes participent eux aussi à cette mystique de la cause cachée. Selon eux, la croissance est la conséquence des investissements en capital humain ou le fruit d’institutions favorisant le marché et les droits de propriété ou encore le résultat de la mystérieuse propriété des rendements croissants dans les fonctions de production.

La fausse analogie
La fausse analogie amène à une généralisation hâtive.
L’empire égyptien a disparu, de même que l’empire Inca, l’empire romain, l’empire anglais, l’empire français, l’empire soviétique... Comme le capitalisme est une forme d’impérialisme, il est donc amené, lui aussi, à disparaître. Les individus exposant ce type d’argument oublient, cependant, que le capitalisme n’est pas un impérialisme, puisqu’il ne repose pas, contrairement à celui-ci, sur la violence armée, mais sur l’échange volontaire.

Non causa pro causa ou post hoc ergo propter hoc

Ce sont les fausses causes. Elles consistent à confondre l’effet avec la cause ou à identifier X comme cause de Y parce que l’élément X est placé avant Y.

Prenons un autre exemple :
Richard Virenque est un grand athlète
Richard Virenque a pris des anabolisants
______________________________
Les anabolisants aident les gens a devenir des grands athlètes

C'est un raisonnement post hoc. Cette corrélation entre deux facteurs est affirmée implicitement mais il n'y a aucune évidence qu'il s'agit là d'une corrélation causale.

Il est amusant de penser que l'ensemble du sport cycliste aujourd'hui (mais aussi de tous les sports de haut niveau) a été soumis à un tel argument rhétorique et se plie à la réglementation qui veut que l'on interdise la prise des anabolisants sous le prétexte que, peut être, c'est l'anabolisant qui fait l'athlète et non pas le fait d'être un athlète de haut niveau qui implique de prendre des amphétamines ou des anabolisants pour obtenir un rythme élevé de performances à l'année.

Autre exemple de post hoc, propter hoc

Au moyen âge, il n’y avait pas d’Etat et les gens étaient pauvres,
Sous la monarchie absolue, les gens étaient moins pauvres
Enfin, sous un régime politique démocratique, ils sont devenus riches.

Adoptons un régime politique démocratique et on sera riches!

Tous les pays de l’Est et ou sous développés qui ont adopté un régime politique démocratique croyant que cela apporte la richesse sont victimes de ce sophisme.

On en trouve aussi dans les cours d'économie.
" La balance des paiements est en déficit. Le gouvernement pratique une déflation qui réduit le revenu et augmente le chômage. Peu de temps après, la balance des paiements devient excédentaire. Cette politique de déflation est donc efficace." 
Ne nous laissons pas abuser, une dévaluation et l’adoption d’un système de changes flottants sont des moyens alternatifs pour réduire le déficit sans impliquer de déflation ni de chômage !


Les sophismes de pertinence


Argumentum ad Baculum
Dans ce cas, on utilise la force ou la pression comme moyen de persuasion. Le conformisme et la "pensée unique" résultent de ces procédures d’intimidation.

Lorsqu’un professeur d’économie, qui ne souffre pas d’être contredit, affirme que si la demande augmente, les prix montent, l’étudiant qui souhaite réussir son examen a tout intérêt à se persuader de la validité de cette relation. De la même façon, les étudiants se persuaderont, comme leur a démontré un autre de leur professeur, que le capitalisme sauvage entraîne la pauvreté. Les étudiants qui, au nom de la réussite aux examens, anticipent qu’il vaut mieux répéter ce que dit le professeur, entrent dans le jeu de l’argument de persuasion par la force. C’est aussi de cette manière qu’ils perdent tout esprit critique. Ce faisant, ils commettent une faute de raisonnement (au niveau de l’induction) par une généralisation hâtive ; ils anticipent que  "ne pas être de l’avis de son professeur"signifie perdre des points à l’examen.

Argumentum ad hominem
C’est l’attaque directe. Lorsque vous êtes impuissant à contrer l’argument de votre adversaire, attaquez le, en usant de ce type d’argument : soit vous insistez sur le fait que votre adversaire a un intérêt matériel à soutenir un tel argument soit vous soulignez un trait de sa personnalité qui ne le rend pas crédible.

Dans le premier cas, l’argument est ad hominem, car il ne discute pas le fond du problème, mais cherche à faire état d’un lien matériel entre celui qui argumente et les idées qu’il soutient. Lorsqu’un chef d’entreprise, patron d’une grande firme d’automobile, défend le protectionnisme, vous tuez immédiatement son argument en lui rétorquant qu’il est le patron de la firme qui souffre le plus de la compétition des Japonais! Votre interlocuteur est disqualifié.

D’une part, ce sophisme présuppose une théorie de la formation des idées : les idées développées ne seraient pas indépendantes de la position sociale et /ou des intérêts privés de celui qui les avance, d’autre part même s’il en était ainsi, il présuppose que la fausseté ou la vérité d’une idée ou d’un argument se juge en référence à la position sociale ou aux intérêts privés de ceux qui les émettent et non pas en fonction de la cohérence et de la validité sémantique de celui-ci. C’est le polylogisme. Les économistes marxistes, racistes et aujourd’hui les économistes féministes en sont les principaux tenants en sciences humaines.

"L’économie politique, en effet, est une science sociale et se fonde -que les théoriciens s’en rendent compte ou non- sur une certaine conception de la nature de la société ainsi que des lois de son développement. Autrement dit : toute théorie économique repose sur certaines prémisses de caractère sociologique à partir desquelles on envisage le coté économique de la vie sociale"
 N.Boukharine (1919)

Les prémisses de caractère sociologique à partir desquelles on envisage la théorie économique seraient ou bien la classe sociale, la race ou le sexe.

Une seconde version de ce type d’argument consiste à accuser son adversaire d’ingratitude et de traîtrise lorsque celui-ci critique l’institution pour laquelle il travaille. On peut également utiliser ce type d’argument en sens contraire ; lorsque votre adversaire soutient un point de vue en faveur de l’institution qui le forme ou le nourrit, vous pouvez l’accuser de partialité.

L’argument ad hominem est efficace, puisque les individus mettent toujours du temps à comprendre que la fausseté ou la véracité d’une argumentation est indépendante de la situation professionnelle, sociale ou du sexe de celui qui l’avance... Toutefois, il peut se transformer en coups bas, lorsque les attaques ne reposent sur aucune relation entre les idées et les intérêts privés de son adversaire (vous voulez mettre la sécurité sociale en concurrence et la privatiser, comme le dictateur Pinochet au Chili (où l’expérience a réussi) ?  Comment pouvez vous prendre au sérieux Léonard de Vinci ou John Maynard Keynes, alors qu’ils étaient homosexuels ?  Même si Léonard de Vinci ou J.M.Keynes n’étaient pas homosexuels, vous ne pouvez pas apporter la preuve du contraire dans un débat à la télévision.

Argumentum ad ignorantiam
En utilisant ce type d’argument, on affirme la véracité d’une opinion par le fait que l’on ne peut démontrer qu’elle est fausse. C’est une variante d’une fausse dichotomie : ou les faits supportent l’argument ou celui-ci est faux. Mais l’argument peut être vrai même si les faits ne permettent pas de conclure dans un sens ou dans un autre. En absence de preuves, on suspend son jugement.

Malgré les dépenses faramineuses et le travail des équipes de recherche pour démontrer que les fantômes n’existaient pas, rien ne l’a prouvé... Les fantômes existent donc ! De la même façon, personne n’a prouvé que Dieu existe, donc Il n’existe pas... mais personne n’a non plus prouvé que Dieu n’existait pas, donc Il existe !
Dans cette question de l’existence de Dieu l’agnostique cherche à s’évader de la dichotomie. Il ne s’agit pas d’une troisième position. La position de l’agnostique est souvent présentée comme suit :  personne ne peut prouver que Dieu existe, personne ne peut prouver que Dieu n’existe pas. En conséquence l’athéisme est un acte de foi comme peut l’être le théisme Ÿ. L’agnostique traite de manière égale la demande de l’athée de fonder l’existence de Dieu sur la raison, et l’affirmation de l’existence de Dieu du théiste fondée sur sa foi ou ses sentiments.

Mais il est impossible de prouver un négatif et totalement irrationnel de l’exiger. En effet prouver un négatif signifie prouver la non existence de quelque chose pour lequel aucune évidence de quelque sorte que ce soit existe! C’est le principe du tiers exclu que nous utilisons ici pour réfuter la position de l’agnostique.

Argumentum ad populum ou ad numeram
Un argument serait bon parce que tous les gens le pensent ainsi, c’est l’appel à l’opinion publique, aux croyances populaires, qui reposeraient sur un fond de vérité. Puisqu’un grand nombre d’individus pense une chose, celle-ci ne peut être fausse, car si on peut tromper une personne, on ne peut pas tromper tout le monde ! D’ou l’extrême importance de savoir comment manipuler l’opinion publique. Malheureusement (ou heureusement), la vérité d’une proposition ne dépend pas du nombre de gens qui la soutient... sinon la terre serait toujours plate !

Argumentum ad odium ou ad misericordiam
En usant de ce type d’argument, on fait appel cette fois à la pitié, à la sympathie ou à la haine pour faire passer une opinion. En d’autres termes, l’émotion va envahir la raison.

Ceux qui sont pour la dissémination de l’arme nucléaire se verront rétorquer qu’ils devraient étudier d’un peu plus près les effets dévastateurs de cette bombe ; elle peut rendre aveugle si on la regarde, la boule de feu engendre une onde de choc qui se déplace à une vitesse supersonique, le souffle détruit tout sur son passage. Elle émet également un rayonnement électromagnétique, composé de rayons gamma et d’un flux de neutrons, qui brûle et détruit l’organisme humain. La présentation d’un film expliquant les conséquences terrifiantes de cette bombe suffira à convaincre le public. Mais, la question n’est pas là, il s’agit de savoir si la dissémination préserve ou non la paix.

Les individus qui se prononcent en faveur de la libéralisation du commerce de la drogue devraient (toujours selon leurs opposants) se rendre compte, sur le terrain, des effets néfastes de ces produits sur leurs enfants et de la déchéance humaine des drogués. Un film sera, là aussi, le bienvenu. Mais la question posée par le débat est de savoir si les effets néfastes et la déchéance observés ne sont pas le produit de l’interdiction elle-même.

Argumentum ad verecundiam
C’est l’argument d’autorité. Souvent, il s’agit de faire appel à une autorité scientifique qualifiée ou de jouir soi-même d’une certaine notoriété dans un domaine, pour faire autorité dans un autre.

Ainsi on pourrait dire :'A.Jacquard, un grand spécialiste de la structure génétique des populations, donne avec son livre  j’accuse l’économie triomphante Ÿ, paru chez Calman Levy, en 1995, une formidable leçon d’économie politique en démontant la pseudo science des ayatollahs de l’économie " !
En fait, dans la cinquième de couverture de l’ouvrage, dont on sait qu’en général elle est rédigée par l’auteur lui-même, on lit : 'Le scientifique Jacquard démonte la pseudo science des ayatollahs de l’économie". Il n’existe pas de label qui protège les économistes contre ceux qui font de l’économie sans l’avoir maîtrisée... contrairement aux médecins ou aux juristes qui peuvent interdire à d’autres l’exercice de leur profession s’ils n’ont pas obtenu les diplômes validant leur connaissance et leur compétence dans ce domaine, sous le prétexte que ces gens pourraient commettre des fautes entraînant de graves dommages à ceux qu’ils soignent ou qu’ils conseillent.

Petitio Principii
Cet argument est utilisé quand la conclusion est déjà implicitement contenue dans la prémisse : c’est le raisonnement circulaire.

Etudions la conversation suivante : " La redistribution des revenus est une bonne chose - pourquoi pensez-vous cela ? - parce que tous les bons économistes l’affirment - mais pourquoi les considérez comme de bons économistes ? - parce qu’ils sont pour la redistribution des revenus ! ".

On peut citer aussi la phrase suivante :
"Chaque bien a son " juste prix " qui est l'équivalent de ses coûts de production. " Cette phrase est extrêmement perverse. En effet, elle comporte un raisonnement circulaire. En d'autres termes, la définition des "prix justes " comporte une récurrence sur elle-même. Un bien est toujours produit à partir de facteurs de production antérieurs. Les coûts de production d'un bien sont donc égaux à la valeur totale des biens qu'il faut pour le produire. La phrase signifie donc en fait

 Le "juste prix" d'un bien est l'équivalent de la valeur totale des biens qu'il faut pour le produire.

Mais quelle est alors la valeur totale des biens qu'il faut pour le produire? Cette valeur dépend des "justes prix" des facteurs de production, qui dépendent des "justes prix" de leurs facteurs de production, qui dépendent eux-mêmes des "juste prix" des facteurs de production..

Toutefois, il ne faut pas confondre le raisonnement circulaire avec un enchaînement de causes. Le raisonnement suivant est, par exemple, parfaitement correct : " Les prix montent parce que les salaires augmentent - Les salaires augmentent parce que les prix montent ".


Plurium Interrogationum.
C’est le principe de la question complexe. Elle ferme l’argument en posant une question sur la base d’une réponse à une question préalable et, en général, masquée.

A la question : avez -vous arrêté de battre votre enfant? Si vous dîtes non, c’est que vous continuez à le faire, si vous répondez par l’affirmative, c’est qu’effectivement vous le battiez !
Ceci peut être une plaisanterie, mais prenez l’argument que vous opposerez au PDG de Peugeot lors d’un prochain débat à la télévision : est-ce que la pollution dans les villes, qui entraîne de nombreux morts chaque année et dont vous êtes à l’origine avec votre parc automobile diesel, accroît ou diminue vos profits ?

Ignoratio elenchi .

Ce sophisme survient quand les prémices d'un argument conduisent à une conclusion différente de ce qu'affirme l'interlocuteur. Surtout quand la conclusion contredit l'argumentation de celui qui parle. C'est une autre forme d'incohérence de la pensée. ( en anglais on parle de "miss the point").

N'importe quel taux d'inflation est mauvais pour l'économie (avec un taux d'inflation de 10 % l'an on rembourse la moitié de ses dettes en 7 ans et la totalité en 14 ans, avec 1 % d'inflation on éteint la moitié de ses dettes en 70 ans).
L'an dernier l'inflation était de 10 %,
Cette année elle est de 7 %.
______________________________
L'économie va mieux.

En fait l'économie ne va pas mieux puisque le taux d'inflation est toujours positif ( la moitié des dettes sera éteinte en 10 ans au lieu de 7 ans) La spoliation demeure toujours aussi vive. ( ce qui est toujours le cas avec un taux d'inflation de 1 % par an ) .Le rythme de la spoliation s'est ralenti c'est la seule chose que l'on puisse dire.

L'homme de paille.
Reprenons ce sophisme développé dans Wikipédia.

1.Prendre une partie des arguments de son contradicteur, réfuter cette partie et prétendre que l'on a réfuté l'ensemble des arguments.
2.Présenter les arguments de son opposant dans une forme faible, les réfuter et prétendre que les arguments originaux ont été réfutés.
3.Présenter une fausse déclaration de son opposant, la réfuter et prétendre que la déclaration initiale est la position actuelle de son opposant.
4.Présenter quelqu'un qui défend pauvrement une position, réfuter ces arguments et prétendre que tous les arguments en faveur de cette position sont réfutés.
5.Inventer un personnage de fiction avec des actions ou des croyances que l'on peut facilement critiquer et prétendre que cette personne est représentative du groupe que le locuteur est en train de critiquer.
On peut définir un argument de l'homme de paille comme un argument de fausse déclaration. L'homme de paille est une technique utilisée très fréquemment dans les débats politiques ou d'une manière plus générale dans les médias.

Exemple
Vous ne voulez pas mettre au point ce programme de construction de porte-avions, je ne comprends pas pourquoi vous voulez laisser notre pays sans défense.
La proposition je suis contre la construction d'un porte-avions a été détournée en je suis contre la défense de mon pays, argument beaucoup plus facile à mettre en défaut.

Le Chiffon rouge.

Est une façon d'esquiver une réponse et de détourner l'attention de l'adversaire de l'objet réel de l'argumentation.

Quelques Ministres et députés sont corrompus, mais il y a des policiers corrompus, des plombiers corrompus et même des prêtres qui le sont aussi

Il y a aussi un grand nombre d'hommes politiques et de députés qui sont honnêtes
_____________________________
Mettons en perspective la corruption des hommes politiques

L'implication de cette argumentation est de suggérer que la corruption politique n'est pas aussi mauvaise qu'elle apparaît. Vous avez tous entendus les hommes politiques de droite ou de gauche avancé cette ligne de défense de leur profession.

Vous avez été piégé de la façon suivante Dans la première prémisse on suggère qu'il n' y pas de raison de se focaliser sur les hommes politiques puisque la corruption existe partout. La seconde prémisse vous invite à compatir avec les hommes politiques honnêtes qui souffrent de la mauvaise réputation de leurs collègues corrompus. C'est la diversion. Bien que cela ne soit pas dit, on est enclin à penser que la corruption n'est pas si mauvaise que cela et à ne pas voir que cette prémisse est totalement hors de propos avec le problème soulevé par la corruption des hommes politiques. Vous n'avez jamais entendu ni à la radio ni à la télévision et vous n'avez jamais lu non plus la raison fondamentale pourquoi les hommes politiques sont corrompus. Ils le sont parce qu'ils détiennent le pouvoir d'accorder des privilèges étatiques. Supprimez les privilèges ou le pouvoir de les accorder et la corruption disparaîtra immédiatement. Mais n'est-ce pas la nature de l'Etat que de distribuer de tels privilèges? S'ils disparaissaient qui voudrait devenir homme politique ?


Les sophismes d’ambiguïté

Le concept volé
L’exemple le plus connu de ce type de sophisme d’ambiguïté est la phrase célèbre de Proudhon : "la propriété c’est le vol ". En effet le mot vol ne peut prendre de signification que si le concept de propriété a été défini. Voler signifie justement prendre la propriété de quelqu’un sans son consentement. Là où il n’y a pas de propriété, il ne peut y avoir de vol. Il y a ici une contradiction interne. Utiliser le mot vol en niant le concept de propriété revient à utiliser un concept- la notion de vol- tandis que l’on ignore ou nie la validité du concept sur lequel il est fondé-la notion de propriété-. Cet acte intellectuel s’appelle un vol de concept. Ce sophisme est plus fréquent que vous ne le pensez.


La fausse dichotomie
Les prémisses de l'argument sont fausses. Ainsi ou vous êtes avec nous ou vous êtes contre nous, vous n'êtes pas avec nous, vous êtes donc contre nous. La première prémisse est fausse. Il peut exister une troisième option. Ou vous êtes socialiste ou vous êtes de droite, vous êtes de droite, donc vous n'êtes pas socialiste. Mais vous pouvez être un libéral. On rencontre aussi ce genre d'argument à propos de la méthode scientifique. Ou vous testez vos théories et vous êtes scientifique ou vous ne les tester pas et vous n'êtes pas un scientifique. Vous ne testez pas vos théories donc vous n'êtes pas un scientifique. Nombreux sont les économistes qui se font piéger par ce sophisme. La prémisse qui est fausse est celle qui prétend identifier le travail scientifique avec une méthodologie particulière : le positivisme.

L’équivoque
C’est ce qui arrive lorsqu’un mot ou une expression change de sens au cours de l’argument.

Prenons deux exemples :
Le bonheur est la fin de la vie
La fin de la vie est la mort
__________________
Donc, le bonheur est la mort

La moitié d’un pain est mieux que rien
Rien n’est pas mieux que la santé
__________________________
Donc, la moitié d’un pain est mieux que la santé

L’amphibologie

Il s’agit souvent d’une phrase à double sens ou imparfaitement construite.
Dans le petit Larousse, l’exemple suivant est présenté :  Je porte des bonbons à mes enfants qui sont dans la poche de mon vêtement Ÿ Qui est dans ma poche : les enfants ou les bonbons ?

L’accent mal placé, le rythme, l’allitération, la rime
Mettre l’accent sur l’un des mots de la phrase plutôt que sur un autre peut en changer le sens.
Par exemple :
 Allumez votre cigarette  (sans accent) : c’est une instruction
Allumez votre cigarette : au lieu d’allumer la lampe
Allumez votre cigarette : au lieu d’allumer celle de votre voisin
Allumez votre cigarette  : au lieu de la mettre dans votre oreille

De la même façon, en rythmant la phrase ou en ajoutant une rime, on obtient des slogans :

Boire ou conduire, il faut choisir
Des crédits pour l’école, pas pour les monopoles
Défense nationale, dépense nationale, démence nationale

La Composition
Dans la composition, ce qui vaut pour les parties d’un tout vaut pour le tout.
Si chaque joueur est bon, alors l’équipe est bonne. Or, les Barbarians, qui comptent dans leurs rangs les meilleurs joueurs de rugby (en individuel) se font battre régulièrement par les équipes nationales.

Les économistes aiment beaucoup les paradoxes auxquels conduit ce type de sophisme. Prenons un ensemble d’individus qui regardent passer le défilé du 14 juillet. Si l’un d’entre eux se met sur la pointe des deux pieds pour mieux voir et que personne ne l’imite, il profitera effectivement mieux du spectacle. Mais si tous agissent de la même façon, personne ne verra mieux qu’avant et ils seront d’autant plus fatigués. De la même façon, les nouveaux étudiants qui observent les revenus importants de leurs aînés spécialisés en finance, se précipitent dans cette filière, mais une fois leurs études terminées, ils se retrouvent avec un niveau de vie peu différent de celui de ceux qui n’ont pas suivi cette voie.
En réalité, ces deux paradoxes résultent fondamentalement d’un défaut de coordination. Il n’est pas difficile, en effet, de construire des estrades ou de vendre des périscopes pour permettre à chaque individu de voir le défilé ou d'instaurer une sélection à l’entrée de la filière finance pour  mettre en échec le paradoxe des étudiants de finance.

Les Keynésiens des années 1968 ont utilisé abusivement ce paradoxe dans leurs manuels de cours sous le nom de "paradoxe de l’épargne ". Imaginons que les individus désirent tous accroître leur épargne ; ils restreindront donc leur consommation présente. Mais si le revenu de l’ensemble de la collectivité est déterminé par la consommation et l’investissement de tous, la chute de la consommation réduit ce revenu, ce qui diminue le montant total de l’épargne.
Il est clair que ce paradoxe ne tient que parce qu’une hypothèse sous-jacente n’est pas mentionnée : la hausse de l’épargne n’est pas compensée par une hausse de l’investissement, l’épargne et l’investissement seraient, dans ce schéma, insensibles aux prix, c’est-à-dire au taux d’intérêt, dont le rôle est justement de coordonner l’ensemble des comportements individuels pour éviter ce paradoxe !
Beaucoup de Maires de communes s'efforcent d'attirer des entreprises ou des familles riches dont ils pensent qu'elles seront une source future de revenus fiscaux. Les élus de la communes détruisent alors des quartiers (via le zonage et les permis de construire) pour favoriser l'implantation d'usines, de commerces ou de bureaux, sources d'emplois, et/ou pour construire des habitations plus luxueuses revitalisant par ce biais la commune elle même. Ces élus subventionnent la plupart du temps toutes ces implantations. Mais le problème est que ceux qui s'implantent dans la commune suite à ces incitations viennent d'une autre localisation. Ils transfèrent leur vie et leurs activités dans la nouvelle en abandonnant une autre commune. Si chaque commune procède de manière identique, ce sont des sommes considérables dépensées en pure perte dans un jeu à somme nulle voire négative car les subventions ont été prélevées par la force et auraient pu être utilisées à autre chose si elles étaient restées à la disposition de leur propriétaire : les contribuables.

La division
La division est l’opposé du sophisme de composition : on attribue aux parties les caractéristiques du tout.
L’équipe est bonne, donc chaque joueur de cette équipe est un bon élément.

Nous n’avons pas épuisé tous les sophismes. Toutefois, cette liste constitue un échantillon représentatif des fautes de raisonnement que l’on trouve dans la plupart des discussions publiques, à la télévision ou ailleurs, y compris celles faites par des experts scientifiques ! Repérez-les et dévoilez-les publiquement pour les dominer et éviter ainsi les pièges rhétoriques de vos contradicteurs. Mais ne vous privez pas non plus de les utiliser pour déstabiliser vos adversaires si ceux-ci sont malhonnêtes intellectuellement !
Nous n'avons pas encore évoqué le rôle extrêmement important de l’ironie ou de l'humour dans l'art de l’argumentation ni si l'on peut pratiquer cet humour ou ironie sur n'importe quel sujet quand on développe un raisonnement. Nous aborderons cette question un peu plus tard. A chaque jour sa peine.

^top

  La logique


Les sophismes


Les métaphores


La méthodologie


Les statistiques

_________________________

Les mythes anti-capitalistes

La mort d'Habib

Les campagnes anti-tabac

Le verre brisé du film "le 5ème Elément"

Le concept volé par Nathaniel Branden


"Commencez par jeter le trouble dans le vocabulaire : Liberté, capacité et pouvoir"par Michael Mithra



Les sophismes libertariens vus par les anti-libertariens

Le renard dans le poulailler
par François Guillaumat

Sophismes anti-rationnels par Jeremy Bentham

The book of fallacies
par Madsen Pirie, Adam Smth Institute


sophismes sur Wikipedia

 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.