Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
Le service civil obligatoire
Vive le réchauffement climatique
80 km/h sur les routes départementales
Le combat intellectuel contre la pensée libérale à l'université
Le déclin des Etats Nations
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
2.2 Fongibilité, substituabilité et subj
 

2.2 Fongibilité, substituabilité et subjectivité : les petits trucs qui font la différence

Les individus ne désirent pas les objets pour eux-mêmes, mais pour les services qu'ils rendent. Quand vous utilisez un lit, ce n'est pas le lit, en tant qu'objet, que vous consommez mais le service qu'il rend : se reposer. En revanche, le service rendu par le lit de Marie Antoinette est tout autre : il est symbolique. On admire le lit sur lequel se reposait la femme de Louis XVI, on ne s'y allonge pas.

De la même façon vous ne consommez pas une automobile, mais les kilomètres qu'elle permet de parcourir. Quand vous embauchez une femme de ménage, vous ne la consommez pas, ce sont les services qu'elle rend que vous consommez : les services domestiques ! On consomme les services rendus par les objets ou les êtres humains, non les objets ou les êtres humains eux-mêmes. Ces services le sont par unité de temps et sont définitivement subjectifs. Les objets ou les êtres humains sont substituables entre eux.

Cette idée que l'on consomme les services rendus par un objet ou par quelqu'un entraîne trois propositions fondamentales :

1) les services rendus s'expriment toujours par unité de temps, c'est-à-dire la période pendant laquelle on consomme ce service (on utilise une femme de ménage trois fois par semaine ou six fois par mois..),

2) les services rendus par les objets ou par les individus sont des moyens pour arriver à des fins. Si plusieurs objets ou êtres humains peuvent rendre le même service plus ou moins bien, ils sont, d'une certaine façon, substituables,

3) Les services rendus sont subjectifs. L'un voit dans le lit de Marie Antoinette une aire de repos, l'autre y voit un symbole de la royauté.

De nombreuses controverses, inutiles entre économistes et non- économistes viennent de cette méconnaissance du principe de substituabilité. Pour faire le trajet Paris-Lille vous pouvez prendre l'avion, le train, la voiture, la bicyclette ou le faire à pied. Pour laver votre linge, vous pouvez embaucher une lavandière, le faire vous-même, vous adresser à une laverie, ou encore acheter une machine à laver le linge. Les objets et les êtres humains sont substituables entre eux parce qu'ils sont des moyens pour arriver à des fins. A l'extrême, des objets qui rendent des services identiques sont parfaitement substituables. C'est le cas de la monnaie. C'est parce que vous jugez le billet de banque de 100 F équivalent à un chèque de 100 F qu'il vous est indifférent d'être payé par votre employeur en liquide ou en chèque. Lorsque l'équipe de football de la France bat celle de l'Islande par 6 à 5 est-ce le dernier tir au but des cinq dernières minutes qui est crucial ? Non, car les tirs au but sont tous fongibles. Le premier tiré dans la première minute est aussi crucial que le dernier. Quand vous entendez quelqu'un parler de certains points qui ont remporté la victoire, ou que certaines motivations ont été l'origine de la décision, vous pouvez être sûr que celui qui argumente ainsi ignore le principe de fongibilité.

La subjectivité des services rendus est aussi une caractéristique essentielle qui divise souvent, par de vaines querelles, les économistes et les non-économistes.. Les services rendus par un objet, ou par un être humain, ne se définissent pas en termes physiques, mais seulement d'après l'opinion que les individus professent à leur égard. Ainsi, une médaille en or peut être un objet de décoration, un moyen de paiement, une récompense symbolique ou un objet qui sert à caler le pied d'un fauteuil bancal. Une parcelle de terrain bien exposée peut sembler être le lieu appropré à la culture de la vigne. Mais cette spécificité est une constatation qui n'est pas indépendante du lieu, du temps, des connaissances ou des anticipations qu'ont les gens sur l'utilisation alternative de ce terrain. Il peut être utilisé, non seulement pour la vigne mais aussi, compte tenu de la proximité d'un lac, louée comme camping. Les objets servent à ce que les gens pensent qu'ils doivent servir !

Oublier ce principe de subjectivité entraîne parfois des fautes de raisonnement. Prenons un troisième cas de figure adapté de Alchian (1977). Soit deux propriétaires qui ont un même revenu annuel et qui vivent dans deux villes similaires. Ils décident de construire dans leur jardin respectif (entouré d'immeubles) la même piscine en s'adressant au même constructeur. Pour un observateur extérieur, ces deux individus font face au même environnement, aux mêmes prix, en un mot aux mêmes circonstances " objectives ", et devraient donc supporter un coût identique. Cependant d'un point de vue subjectiviste, une telle proposition est inacceptable. En effet, si ces situations apparaissent comme identiques à un observateur extérieur, c'est parce qu'il ne détient pas toutes les informations nécessaires pour en juger autrement, et en particulier, celles que détiennent les propriétaires eux-mêmes : ce qu'ils veulent faire de leur piscine. L'un des deux propriétaires veut utiliser la piscine pour des parties de " dolce vita ". Mais la vue plongeante des immeubles environnants interdit un tel usage sauf à supporter un coût supplémentaire (avoir une piscine couverte).

L'autre propriétaire envisage d'utiliser sa piscine pour donner des leçons de natation. Le fait que les immeubles environnants ont une vue " plongeante " sur sa piscine est au contraire une source de revenus futurs : il n'aura pas à faire de publicité. Ainsi en dépit du fait que nos deux propriétaires font face aux mêmes circonstances " objectives ", l'un et l'autre font un usage différent de leur piscine, de telle sorte que le véritable coût d'opportunité de la piscine n'est pas le même ! Toute information que nous pouvons avoir sur la nature exacte d'une chose matérielle ne nous aide en rien à comprendre le comportement des individus dont on veut expliquer les actions, car la connaissance qui importe est celle qu'ils ont dans leur esprit. Ce savoir est incommunicable soit parce qu'il est tacite, soit parce qu'il porte sur des circonstances particulières de lieu, de temps ou de connaissances spécifiques hors de portée d'un observateur extérieur.

Le Prix Nobel F. Hayek nous rappelle que si la connaissance objective ou scientifique montre qu'un sol produit une récolte abondante avec un certain type d'engrais alors que les paysans pensent que la récolte sera effectivement abondante si et seulement si certains rites incantatoires ont été accomplis, ce seront ces croyances qui l'emporteront. Un objet matériel ou le service rendu par un objet ou un être humain ne peut être défini que par rapport à un dessein, aux croyances, aux opinions humaines. Un petit disque de métal rond avec le portrait de François II n'a aucune signification tant que vous ne savez pas que ce morceau de métal sert de monnaie.

 Une cigarette peut être considérée comme une source de plaisir, mais si vous aviez été prisonnier à l'OFLAG-XB dans les années 1940-1945, vous auriez vu dans cette cigarette un moyen de paiement. Ce caractère fondamentalement subjectif des services rendus par les objets ou les êtres humains fait des coûts non pas une mesure objective sur laquelle tout le monde pourrait s'entendre, mais, bien au contraire, un concept éminemment subjectif qui en empêche la comparaison entre firmes, entre individu.
 

2.1: La notion de coût d'opportunité

2.2: Fongibilité, substituabilité et subjectivité

 2.3: Analyse marginale

2.4: Les droits de propriété pacifient les conflits à propos de l'usage d'une ressource rare

2.5: L'échange librement consenti

2.6 Principe des avantages comparatifs et division du travail

2.7: Mécanisme de prix et coordination des plans individuels

2.8: Le principe d'arbitrage

2.9: Le principe de coopération et la nature de la firme

2.10:Le principe de compétition: ordre compétitif ou concurrence pure et parfaite?

 2.11:La nature de l'Etat et le principe démocratique

2.12: Principe d'auto-organisation et de sélectiong

 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.