Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
les Etats généraux de la bioéthique 2018
Le service civil obligatoire
Vive le réchauffement climatique
80 km/h sur les routes départementales
Le combat intellectuel contre la pensée libérale à l'université
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
division du travail et principe de l'avantage comparatif
 

Spécialisation des tâches et Principe de l'avantage comparatif

Le principe de l'avantage comparatif, présenté clairement et démontré par Ricardo en 1817, est l'argument analytique le plus puissant pour expliquer la source des gains à l'échange liée à la libre circulation des marchandises entre les frontières (ou entre régions comme autrefois dans la France de Louis XVI) quand les hommes et les capitaux ne peuvent les franchir pour des raisons institutionnelles (droits de douanes). C'est ce que l'on appelle traditionnellement le commerce international ou l’échange international. Si cet échange s’étend au monde entier on parle alors de mondialisation.
Comme le rappelle Von Mises ce principe de l’avantage comparatif démontré par Ricardo est un jugement analytique indépendant des circonstances de lieux et de temps. Toutefois Ricardo part de l’hypothèse d’immobilité des facteurs de production capital et travail entre les pays alors qu’ils sont parfaitement mobiles à l’intérieur d’un même pays. La possibilité de déplacer les capitaux et les hommes, d’un pays à l’autre, entraîne des délocalisations d’activité et des flux migratoire au niveau mondial comme on les observe au niveau régional ou interne à chaque pays. Il devient alors superflu de développer une théorie du commerce international distincte de celle du commerce intérieur à un pays. La localisation des activités et donc des facteurs de production : capital et travail suit un principe d’arbitrage. Elles sont réparties à la surface de la terre suivant les conditions de rentabilité qui leurs sont offertes de régions à régions et il règne alors une tendance à l’égalisation des taux de rémunération de ces deux facteurs de production pour une même espèce de travail ou de capital. Quand les déplacements de capitaux et de main d’œuvre deviennent fréquents on parle alors de globalisation.

Revenons au principe de spécialisation. Il repose sur une idée simple. Pour nettoyer et ranger votre bureau il vous faut une heure de votre temps. La question qui se pose est alors la suivante : est-ce que vous devez vous-même nettoyer ce bureau ou le faire faire par quelqu'un d'autre dont vous achetez le service sur le marché? C'est un arbitrage entre l'autarcie et le marché.

Cet homme ( ou femme) de ménage mettra 2 heures pour faire cette tâche à 25 € de l'heure. L'alternative dont vous disposez est de consacrer cette heure à donner une leçon d'économie sur le principe de l'avantage comparatif à un étudiant peu doué pour les études. Vous facturez cette heure à 100 €. Il va de soi que l'homme de ménage est dans l'incapacité de donner une heure de leçon d'économie sur ce principe, en heure de temps. Il lui faut 8 heures ( 7 heures de préparation et 1 heure de cours) . Vous avez donc sur l'homme de ménage un avantage absolu car vous pouvez réaliser chacune des deux tâches en une heure de votre temps alors que l'homme de ménage met deux heures pour nettoyer le bureau et huit heures pour pouvoir parler pendant une heure de son temps de l'avantage comparatif et de la spécialisation en économie à son fiston.

Par définition le temps passé à une tâche ne peut être passé à l'autre. Elles sont mutuellement exclusives.

Si donc l'homme de ménage voulait aussi donner une heure de leçon d'économie et nettoyer un bureau, il lui faudrait 10 heures de son temps, alors qu'il n'en faut que 2 pour le professeur d'université. Il est clair que en termes de temps, le professeur a un avantage absolu dans les deux tâches. Cependant, le coût d'opportunité de faire une heure de ménage pour le professeur est de 100 € puisqu'il sacrifie une heure de cours à 100 € de l'heure. Le coût d'opportunité pour l'homme de ménage de faire une leçon d'économie, qui lui demande 8 heures de son temps, est de 200 € puisqu'il sacrifie des heures de ménages qui lui rapportent 25 € de l'heure.

Or, il est clairement avantageux pour vous de payer deux heures de temps de l'homme de ménage qui coûte 50€ que de perdre 100 € c'est-à-dire une heure de votre temps à faire cette tâche à sa place. Vous arbitrez en faveur du marché. De manière identique il est avantageux pour l'homme de ménage de faire 4 heures de ménages pour pouvoir payer une leçon d'économie à 100 € de l'heure à son fiston plutôt que de perdre 8 heures à faire cette leçon lui- même. Il gagne en effet 100 €. Chacun gagne à cet échange et celui qui gagne le plus est l'homme de ménage ( il gagne 100 € alors que le professeur ne gagne que 50 € ). Finalement chacun se spécialise donc dans la tâche qui comparativement lui rapporte le plus ou lui coûte le moins en termes de revenus perdus.

Maintenant imaginez que l'homme de ménage soit un étranger qui travaille pour une entreprise de ménage dont le siège social est en Irlande. Vous importez le service d'un irlandais. Imaginez que l'étudiant à qui vous offrez une heure de leçon à 100 € de l'heure soit le fils de cet irlandais et que vous délivrez cette heure de cours par Internet, vous exportez votre service vers l'irlande. Vous pouvez remplacer le service de nettoyage de bureau et celui d'offrir des cours par du vin et des vêtements et vous aurez le même raisonnement. C'est le principe de l'avantage comparatif. Vous vous spécialisez dans les cours d'économie et l'irlandais se spécialise dans le nettoyage de bureau.

Ce n'est pas toujours aussi simple. L'homme de bureau, lorsqu'il nettoie et range, bouleverse vos papiers que vous avez dispersés à droite et à gauche mais dont vous avez mémorisé l'emplacement.. Vous n'êtes plus capable alors de les retrouver en un minimum de temps. Il vous faudra des heures supplémentaires pour retrouver vos affaires. Auquel cas, il est peut-être prudent de faire cette tâche vous même. La qualité du service et sa personnalisation joue un rôle dans ce choix.

Il va de soi que dans notre exemple, le service de ménage de la firme irlandaise entre en compétition avec celles qui sont françaises et qui offrent le même service. Si celles-ci offrent le même service à 30 euros de l'heure, elles sont moins compétitives que les firmes irlandaises. Les patrons de ces firmes sont donc très intéressées pour faire pression auprès de l'homme politique pour empêcher les firmes irlandaises de profiter de leur compétitivité. Ils exigent des droits de douane. Vous ne pouvez plus alors importer le service de la firme irlandaise car ce n'est plus 25 € de l'heure qu'il faut payer mais 40 € de l'heure : 25€ l'heure de service plus 15 € de droit de douane. A ce tarif prohibitif vous vous adressez à la firme française.



Question d’évaluation
Vrai, faux ou incertain ?

Imaginez un couple où la femme gagne un salaire plus élevé que celui de son mari et où elle est plus productive dans les soins dispensés aux enfants. Le principe de spécialisation entraîne alors que la femme se consacre à sa carrière professionnelle, et l'homme consacre son temps au foyer. Mais les sociologues avancent des faits qui démontrent que même dans un tel cas la femme reste au foyer. La théorie de la spécialisation est donc fausse.


Réponse : faux
Les sociologues ne comprennent pas le principe de l’avantage comparatif par rapport au principe de l’avantage absolu. Les personnes qui approuvent l’affirmation précédente sont dans le même cas!
Prenez le graphique de la figure suivante.

La droite FB traduit les possibilités de production de la femme, ou en d’autres termes sa contrainte de budget sachant le temps maximal dont elle dispose pour produire. Si elle se consacre intégralement à son travail, elle pourra consommer OB. Dans le cas contraire, elle produira OF de services domestiques. Son mari, beaucoup moins efficace, est capable de produire toute combinaison sur le segment EC. Notons toutefois que bien qu’il soit moins productif dans l’absolu, il est relativement plus apte qu’elle à la production de biens marchands.
Le couple a toujours intérêt à spécialiser la femme dans la production de biens domestiques. En effet, la frontière des possibilités de production du couple prise dans son ensemble est représentée par DS et SA. Cela correspond à la production maximale qu’ils peuvent obtenir à partir de leur temps. Si les prix relatifs sur le marché sont de même pente que la droite HI, alors l’optimum de production est donné par le point S. Il correspond à une spécialisation de la femme dans les biens domestiques et de l’homme dans les biens marchands!


Ce principe dit de l'avantage comparatif est à l’origine d'une discipline entière: l'Économie Internationale. En effet, c'est dans ce contexte qu'il a été découvert, perfectionné puis appliqué. Son extension à la division du travail au sein de la famille ou de la firme est sans doute plus pertinente que son application au commerce international, tout simplement parce qu'une nation ne choisit pas et ne fait pas face à une rareté.

Les deux éléments constitutifs d’une nation sont, chez Ricardo, la dotation en main-d'œuvre et la technologie pour produire du vin et des vêtements. La main-d'œuvre pouvait circuler librement entre les deux secteurs de productions, vins et vêtements, dans chaque pays, le Portugal et l'Angleterre. Mais la main-d’œuvre ne pouvait se déplacer d'un pays à l'autre. Imaginez qu'un employé au Portugal, avec l’équipement dont il dispose, puisse produire une unité de vêtement ou bien une unité de vin. En revanche, en Angleterre, un employé, avec un équipement différent, peut produire 4 unités de vêtement ou 2 unités de vin.

En autarcie les portugais produisent une demie unité de vin et une demie unité de vêtement en allouant la moitié de la main d’œuvre à chaque activité, tandis que les anglais produisent 2 unités de vêtements et 1 unité de vin en allouant 50% de leur main d'oeuvre dans chaque secteur. La production mondiale est de 2.5 unités de vêtements et de 1.5 unités de vin. Imaginons que les portugais désirent consommer une unité de vin et 2 unités de vêtements. Tandis que les anglais désirent consommer 2 unités de vin et 2 de vêtements. La demande mondiale est de 4 unités de vêtements et de 3 unités de vin. Les anglais peuvent satisfaire leur demande de vêtement mais pas de vin, tandis que les portugais peuvent satisfaire leur demande de vin s’ils consacrent tous leurs facteurs de production à cultiver du vin. En revanche ils sont obligés de renoncer aux vêtements. Il y a un excès de demande sur l'offre de vin chez les anglais et un excès de demande de vêtement chez les portugais. Cet excès de demande ne peut- être satisfait en autarcie. Le prix des vêtements, au Portugal, va monter jusqu’à ce que les portugais demandent une demie unité de vêtement au lieu de 2. De manière identique chez les anglais, le prix du vin va monter jusqu’à ce que les consommateurs ne demandent qu’une unité de vin.
Maintenant supprimons l’autarcie en développant les échanges internationaux. Il est alors possible d'échanger au niveau international le vin et les vêtements en supprimant toutes les barrières douanières, c'est ce que l’on appelle la mondialisation.

Comme l'employé anglais est plus productif que le portugais dans les deux types de production, on peut se poser la question suivante : à quelle activité doit -on allouer le stock de main d'oeuvre au Portugal ou en Angleterre?
Si les portugais allouent toute leur main d'oeuvre à la production du vin, ce pays renonce à produire des vêtements et produit une unité de vin. Au Portugal le coût d'opportunité de produire du vin est de 1 unité de vêtement. En revanche, il est de 2 unités en Angleterre. Les portugais ont donc un avantage comparatif dans la production du vin, puisqu'il renonce à une seule unité de vêtement alors que les anglais renoncent à 2 unités. Les anglais ont eux aussi un avantage comparatif mais dans la production des vêtements. La production totale dans le monde est de 4 unités de vêtements et de une unité de vin. Ce qui est supérieure à la production globale en autarcie pour les vêtements (4 contre 2.5) et de une unité de vin. Ce qui est inférieure à la production en autarcie (1 contre 1,5). Le vin sera vendu à un prix compris entre 1 unité de vêtement et 2 unités de vêtements. Ainsi les anglais pourront obtenir au moins une unité de vin pour la moitié du coût d’un vêtement et les portugais deux unités de vêtements pour une unité de vin. Les prix sont meilleurs qu’en autarcie.
Les portugais satisfont leur demande de vêtements: ils en consomment deux unités en les important d’Angleterre contre l’exportation de l’unité de vin qu’ils produisent. En revanche, les anglais satisfont leur demande de vêtements, puisqu'ils peuvent en consommer 2 sur les 4 qu'ils produisent. Les deux autres sont exportées contre du vin en provenance du Portugal. Si l’offre et la demande de vêtements est satisfaite par cet échange international, il n’a va pas de même du vin. Les anglais désirent consommer 2 unités de vin et les portugais une unité. Après la spécialisation totale, il n’y a qu’une unité de vin qui est produite contre 4 unités de vêtements. L’offre mondiale ( ici limitée à deux pays) ne satisfait pas la demande de vin. Le prix du vin va monter en Angleterre pour que la demande se réduise au niveau de l’offre. Seuls les anglais consommeront du vin au nouveau prix. La mondialisation est meilleure que l’autarcie, mais avec la demande existante, on pourrait peut-être faire mieux.

En effet , n'oublions pas que cet argument dépend foncièrement d'une hypothèse cruciale : la main d'oeuvre et la technologie ne peuvent se déplacer d'un pays à l'autre. Il est compréhensible que la qualité du vin ( ie la terre sur laquelle la vigne pousse) soit un facteur de production immobile. En revanche, il n'en est pas ainsi pour la main d'oeuvre et la technologie . Ces deux facteurs de production peuvent franchir les frontières. C'est la différences entre la globalisation et l'échange international. Maintenant si l’on admet une parfaite mobilité de la main d’œuvre et de la technologie, les anglais vont exporter leur technologie (et leur main d’œuvre spécialisée complémentaire à la technologie) dans le vin au Portugal au lieu de le faire en Angleterre puisqu’ils étaient capable de produire plus de vin que les portugais eux-mêmes. Désormais au Portugal le capital anglais et la main d’œuvre portugaise produiront 3 unités de vin au lieu d’une unité comme avec le simple échange international. La demande globale de vin est satisfaite et l’offre globale de produits (vêtements et vin) est supérieure à celle qui prévalait avec la simple Mondialisation. La globalisation est donc préférable à la mondialisation ou à l'échange international et celui-ci est préférable à l'autarcie

  2.1: La notion de coût d'opportunité

2.2: Fongibilité, substituabilité et subjectivité

2.3: Analyse marginale

2.4: Les droits de propriété pacifient les conflits à propos de l'usage d'une ressource rare

2.5: L'échange librement consenti

2.6 Principe des avantages comparatifs et division du travail

2.7: Mécanisme de prix et coordination des plans individuels

2.8: Le principe d'arbitrage

2.9: Le principe de coopération et la nature de la firme

2.10:Le principe de compétition: ordre compétitif ou concurrence pure et parfaite?

2.11:La nature de l'Etat et le principe démocratique

2.12: Principe d'auto-organisation et de sélection
 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.