Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
le déclin des états nations
Le service civil obligatoire
La démocratie est un moyen non une fin
Nos élus sont-ils légitimes?
la déchéance de la nationalité
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
politique étrangère
 
Que peut bien signifier une politique étrangère pour des libéraux ?
par Bertrand Lemennicier


"Pour un libéral il n'y a pas d'opposition entre la politique étrangère et celle intérieure, et la question si souvent posée et discutée de manière exhaustive, si les considérations de politiques étrangères doivent avoir une prédominance sur la politique intérieure ou vice versa, est à mes yeux une question inutile. Car le libéralisme, est par définition même, un concept politique qui embrasse le monde entier."
L.Von Mises 1962 "Liberal Foreign Policy"
in Liberalism A Socio Economic Exposition, Sheed Andrews and McMeel, INC.
Tiré de :Ludwig von Mises, Le libéralisme,  1927. Traduction française parue dans Les essais: Cahiers trimestriels. pp. 47-157, 1964-195. Paris – L'imprimerie du Delta.


Par définition si la liberté individuelle vaut pour un territoire limité, elle vaut nécessairement pour un territoire plus large. Les mêmes principes libéraux et les mêmes stratégies vers la liberté s'y appliquent.
Si la liberté individuelle et la coopération pacifique entre les individus représentent les fins politiques suprêmes, il s'ensuit que l'on doit encourager partout dans le monde les institutions qui éliminent les causes de conflits et de guerres : c'est-à-dire la propriété privée, le transfert par l'échange volontaire de celle-ci et le respect des libertés individuelles. Cela signifie l'abolition immédiate de toutes les agressions contre la liberté individuelle et son corollaire les droits de la propriété privée sur notre territoire comme a l'étranger.

C'est le point de départ. La pensée libérale ( ou libertarienne) est universaliste. Elle a pour point de mire l'ensemble des individus composant l'humanité. Le libéralisme est cosmopolite et oecuménique. Le libéralisme est donc un humanisme et le libéral est un citoyen du monde qui ne reconnaît d'autres frontières que celle de la propriété privée.

On peut décliner cette politique étrangère en se concentrant sur les thèmes suviants :
1) protection des droits individuels
2) relation avec les Etats
3) relations commerciales
4) droit individuel à l’auto détermination

Protection des droits individuels

Le sauf conduit remplace le passeport
Le gouvernement français par l'intermédiaire d'une cour suprême constitutionnelle ayant sous son contrôle une armée (comme en Allemagne- l'usage de l'armée n'est pas dans les mains des hommes politiques mais de juges) qui peut être privée offre une protection individuelle sous la forme d'un sauf conduit, assorti d'une obligation d'assurance et d'un paiement pour le service offert, à tout individu, français ou étranger, dans le monde entier, qui désire voir leur liberté individuelle et leurs droits de propriété être protégés contre les agressions individuelles ou en provenance de groupes privés ou publics tels les mafias, les syndicats ou les hommes d'Etats vivants sur le territoire sur lequel ils se sont établis.

Un statut de Liberales, d'homme libre, de métèques ou d'affranchis
La création d'un statut d'homme libre , d'un "Liberalès", ou d'affranchi des servitudes étatiques sur le territoire français est un moyen de révéler le consentement à l'Etat. Ce statut permet à un individu d'ignorer l'Etat. Cet individu ne ne participe pas à la vie politique mais ne bénéficie pas non plus des services offerts par le gouvernement français. Le "libéralès" bénéficie seulement de la protection de la cour suprême des droits individuels. Des individus né sur le sol français ou à l'étranger peuvent demander la protection de cette institution tout en ayant le droit d'ignorer les services qui pourraient être offerts par l'Etat français en contrepartie d'un impôt ou d'une réglementation violant sa vie privée.

Un Organisme Non Gouvernemental (ONG) dédié à la protection des droits individuels
Création d'une ONG en charge de la protection des droits individuels ayant le droit d'ester en justice et dotée de moyens financiers privés pour assurer la protection (civile et militaire) de toutes les personnes qui y adhèrent. Cette ONG aurait aussi pour objet d'encourager les associations ou les partis libéraux dans le monde.

Relation avec les autres Etats

Une politique libérale de protection des droits individuels signifie désengager le gouvernement français de tous les organismes Internationaux ou Etats qui agressent les libertés individuelles des étrangers ou de leurs propres citoyens. (Rompre toute relation avec les homme d'Etats des pays communistes :Chine, Vietnam, Cuba, Algérie, mais aussi des pays musulmans qui violent les droits individuels des femmes etc.).Les principes libéraux exigent une contrainte morale. Il n'y a pas de raison d'Etat en matière de politique étrangère sans renier le libéralisme lui même. Cela signifie encourager et participer à tout organisme international qui favorise le libre échange et la coopération pacifique entre les Etats et ou les individus . Ce qui n'est pas le cas, par exemple de l'ONU ou de l'OTAN.

Relations commerciales
Le rôle d'un président n'est pas celui d'un voyageur de commerce, ni d'un attaché commercial. Il faut abandonner cette vision d'un président colporteur de chefs d'entreprises et qui a dans sa mallette des contrats d'Etats à Etats. En revanche, il doit susciter et participer à toute conférence qui a pour objet la poursuite du libre échange et du respect des droits individuels. Il doit s'opposer à toutes les tentatives d'harmonisation et de construction d'un Etat européen ou mondial. Il doit susciter et organiser des conférences pour favoriser la compétition fiscale entre les Etats, l'abaissement des barrières douanières et des réglementations qui en sont les substituts, en particulier les réglementations sur l'environnement et les risques de santé.

Droit de sécession, micro états et villes privées

Le droit à l'autodétermination des individus ( et non des hommes d'Etat) qui choisissent l'Etat auquel ils veulent s'associer est un principe liberté individuelle essentiel. Il implique le droit de sécession. Cela justifie le recours au référendum d'initiative populaire et la possibilité pour le président de la république de permettre une recomposition des nationalités et ethnies. Les gallois peuvent former avec les bretons une entité politique et administrative si les uns et les autres le désirent, faut-il encore laisser le choix aux habitants de décider eux mêmes de cette possibilité. L'idée fondamentale est que la taille optimale des Etats n'est pas connue à l'avance mais résulte d'un processus de compétition entre des micro états ou entités administratives élémentaires : les communes ou villes privées. L'alternative à la commune est en effet la ville privée. Il faut donc encourager la formation de villes privées qui peuvent elles mêmes former un "Etat" entre elles à la manière des ligues Hanséatiques d'autrefois. En politique étrangère, cela veut dire transformer Jérusalem en ville privée en donnant la propriété des rues aux riverains ! Les conflits à propos de ce territoire disparaissent comme par magie. En refusant une telle solution pacifique les israéliens et les palestiniens démontrent qu'ils veulent la guerre et qu'ils refusent fondamentalement l'exercice naturel des droits de propriété des habitants de Jérusalem sur leur environnement. En refusant en France de faire la même chose on révèle que les hommes de l'Etat sont en guerre contre les citoyens qui n'ont pas voté pour eux.

Interventionnisme militaire

Les interventions de l’armée française pour les motifs les plus divers, de la cause humanitaire en Yougoslavie à l’assistance de gouvernement qui agresse ses propres citoyens en Afrique, à la participation à des opérations de police internationale comme en Irak , en Bosnie ou au Kosovo, ne rentrent pas dans le cadre des principes de la légitime défense ni de la poursuite d’agresseurs pour réparation de torts causés à des français. S’il n’y a aucune menace contre des français et s’il n’y a pas de contrat de protection offert à des étrangers, l’intervention est moralement bien difficile à justifier. En effet de quel droit peut -on s'ingérer dans la vie privée ( ou publique) d'autres individus sans que ces derniers appellent au secours. Même s'ils appellent au secours de quel droit peut-on agresser ses propres concitoyens par l'impôt pour financer une protection à des gens qui appellent au secours? Les contribuables désapprouvent le paiement des secours à des sportifs qui prennent des risques inconsidérés pour leur vie et qui mettent en danger la vie d'autres personnes pour leur propre plaisir alors qu'ils peuvent s'assurer et faire appel à une protection privée. Est-ce vraiment différent avec des populations opprimées par leur propre gouvernement qui appellent au secours? N'ont-ils pas à un moment donné accepté une dictature ou un gouvernement qui les opprime?
Les contribuables du pays qui portent secours aux opprimés d'un autre pays sont des tiers innocents au conflit. Ils sont donc agressés par leur propre gouvernement et doivent résister à cette agression. Les voies seules légitimes consiste

1) le soulèvement populaire contre l'oppression,
2) l'assistance de groupes privés, y compris des français qui voudraient intervenir pour protéger les populations agressées par leur propre gouvernement, assistance qui peut prendre diverses formes , équipements , combattants volontaires, argent pour financer une armée privée de protection etc.

En revanche, on peut concevoir de vendre la protection militaire à des étrangers. S’ils font appel à l’armée française pour être défendus contre des agresseurs extérieurs et qu’ils paient les coûts des opérations militaires à l’extérieur , il n’y a rien à redire. S’il s’agit de protéger des français à l’étranger qui sont menacés par les gouvernants du pays où ils sont, une intervention militaire est concevable, à condition que ces français qui sont à l’étranger paient une prime d’assurance supérieure à ceux qui sont restés sur le territoire puisqu’une telle protection est plus coûteuse. Toutes les autres formes d’intervention ne sont pas concevables.

L'aide au tiers monde

Supprimer l'aide aux Etats du tiers monde est la première chose à faire. En revanche, grâce au système de fondations l'aide privée au tiers monde peut prendre un développement inconnu jusqu'à présent. D'autant que ces fondations auront la protection offerte par la cour suprême des droits individuels.

L'ONU ou l'Europe

Il ne s'agit pas de créer un Etat européen ou mondial mais de créer les conditions institutionnelles qui permettront l'émergence d'un ordre juridique mondial (et non international ou européen) en permettant aux individus d'ester en justice "internationale" sans passer par les monopoles de la justice locale. Il faut en revanche éliminer les bureaucraties internationales et européennes en supprimant les subventions de l'Etat français à ces organismes étatiques. La Liste est longue avec le FMI, la Banque Mondiale, l'OMS, le BIT, l'UNESCO, etc.

 

 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.