Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
le pacte républicain : un piège à ....?
Le déclin des Etats Nations
Réformer le droit du travail
Terrorisme
Les transplantation d'organes
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
1 2 3 4
event.details
La dette publique

1) Le biais pour des déficits récurrents et l’endettement public est-il  inhérent à la démocratie politique contemporaine?  OUI

2) Peut-il y a voir une "bonne dette" par opposition à une "mauvaise" dette publique? NON

3) L'endettement public peut-il avoir un impact sur la croissance économique? NON

4) Qui paie la dette et qui la détient? LE CONTRIBUABLE ET LES ÉTRANGERS

5) L'endettement public est-il immoral et anti démocratique? LES DEUX

6) Peut-on réduire la dette publique? NON, L'OBSTACLE PRINCIPAL EST L'HOMME POLITIQUE LUI-MÊME

7) Faut-il réintroduire dans la constitution une règle d'équilibre budgétaire? NON, INUTILE, ELLE NE SERA PAS RESPECTÉE

8) La zone euro peut-elle survivre à une augmentation généralisée des dettes publiques des Etats qui la composent? AVEC LES HOMMES POLITIQUES TOUT EST POSSIBLE MÊME LE PIRE

9) LA RÉPUDIATION ET/OU L'INFLATION sont les deux moyens utilisés par les hommes d'Etat pour éteindre les dettes qu'ils ont contractées au nom du peuple qu'ils gouvernent. N'oubliez pas qu'ils sont au dessus des lois.


 

event.details
Grèce et France même incapacité à se réfromer

Market Solutions For Cronyism and Corruption in Greece

By Panos Evangelopoulos. Assistant Professor Department of Economics University of Peloponnese Arcadia, Greece



Speech to the Emergency Economic Summit for Greece that was organized by Atlas Economic Research Foundation, Cato Institute, and Friedrich Naumann Stiftung that took place in Athens, Greece, on the 19th May 2015.

On the contrary, for all the reforms rhetoric that has prevailed in the political arena of Greece [France]against cronyism and corruption, which had assumed Manichaeistic proportions in the way it carried out the tasks of government in all sectors, the country was eventually led into a serious impasse, with incalculable harm being inflicted on the country.

The greatest problem for the fight against cronyism and corruption of the Greek[french] State was its ineffectiveness in reorganizing the Greek [french] society as a whole, reshaping   its structures through reconstruction and activation of all the forces with the potential to carry through such a difficult and daring undertaking. The institutions of a society are what give it its character and activate it. The Greek [french] State did not dare to embark on significant institutional reforms with the capacity to lead not only to dramatic change but also to basic improvement in the internal structures: political, social and economic, of our society. Striking examples of this dead-end politics are the debt-ridden Local Governments, and the debt-ridden National Health System.

Neither before nor after the reforms were municipalities strengthened in no way. No solution was offered to the problem of bureaucracy. Local authorities did not transform themselves into instruments of orderly decentralization. There was no reduction in the costs of central government subsidization and no relief from the suffocating grip of state interventionism in the planning of local public works projects. The new National Health System did not succeed in resolving the great paradox that while resources for health were increasing, at the same time administrative deficits of the participating units were also increasing, as were shortages and lack of necessary resources for carrying out the tasks of health care facilities.

What it deserves to mention is that under the shadow of the kingdom of cronyism and corruption, as we are accused by many commentators, only the ordinary civil servants, from the doctors to the nurses, are keeping our National Health System alive, with very low salaries and more and more work hours, practically unpaid by the state. So it arises the famous “Greek[french] Implicit Institution”, the Envelop, that it includes the side payment, from the patient to the doctor, to the nurse and so on…

In my example what is the cause of the bribe or of the corruption? Since the side payment from the patient to the doctor happens that means that the health services in Greece [France]are underpriced by the State for paying the doctors and overpriced by the State for paying the medical provisions in favor of implicit institutional intermediaries, the famous rent seekers of the Greek [french] Economy. So at the lower lever this process shows very explicitly that the black market in Greece [France]restores the function of the pricing system in the economy while at the higher level it redistributes massively the wealth from the taxpayers to the rent seekers. Moreover, as long as, the level of the taxation is never enough for financing the overpriced National Health System, the State borrows the money it needs for the huge rewards of the rent seekers, increasing dramatically the Public Debt at no sustainable levels. So it happens a secondary level of huge redistribution in the Greek [french] Economy, the generations of the giant borrowing of the state enjoy the wealth of the generations that they have to repay it. This so ineffective, so anomalous, and so catastrophic procedure was flourishing and actually was being accelerated after the entry of the Greece [France] in the Eurozone when the Greek [french]State had to pay the lowest interest rates for the Public Debt in its history. It was like to put oil into the fire while all we knew that the fire of the Greek Public Debt was there and so dangerous as it is again today because we never heard in our political agora our invaluable Cassandras, the Greek [french]free market oriented economists but the statists, the demagogue politicians, both center right wing and center left wing, from the New Democracy and PASOK, who brought our economy to the total collapse.

In this essentially dead-end situation, whatever the superficial successes achieved such as fiscal adjustment or restoration of fiscal balance or moreover keeping Greece[France] into the Eurozone or keeping Greece [France] alive, putting the insolvency issue aside, are actually meaningless because we lost one quarter of our GDP and we achieved the remarkable historically highest record of unemployment of 27%, destroying totally the private sector and the healthier and the more vital cells of our economy.

It is obvious that we need a new paradigm of the Political Economy for application in Greece[France] . The term Political Economy was emphatically marked by David Ricardo, by this great exponent of classical liberal economic thought whose objective was to promote enterprise profits through reduction of taxation while at the same time achieving improvement of the wages to labor on the basis of the economic progress of the system.

However long the period of time may seem that separates us from those days, it is no paradox to argue that we once again face the same economic policy dilemmas. It would not be unjust to say, indeed, that the change has been for the worse, not for the better.

In generating this global scenario of mountains of state debt to be accumulated by the world’s greatest economies, Greece [France]is paradoxically playing a leading role on the front pages of the world’s largest and most reputable newspapers, as if it is the key protagonist.  In reality of course it is merely a negligible afterthought, which for all that happens to be the critical weight on the scales, determining the cataclysm of the risk and uncertainty that threat not only the Eurozone but also the global financial system which undoubtedly remains institutionally fragile and unstable. If Obama is succumbing to the Greek [France] problem of public debt, he is doing so because he brought the public debt of the United States to the maximum historically level ever, which is only a step away from the most shattering bankruptcy in the economic history of human civilization.

Modern Greece [France], like all the developed big countries in the world, possesses all the characteristics of a deeply rent-seeking society. Greek[France] Economic Drama is a phenomenal example of the New Political Economy paradigm according to James Buchannan, Gordon Tullock and Anna Krueger. Politicians work as brokers in a system of political clientelism and patronage. They expand the public sector, exchanging jobs for votes. On the other hand they push the private sector into bed with the public sector, assigning to the former secure profits, privileges and finally explicit and legally established rents. On the basis of this trade-off between political and economic rents, farmers are enriched through subsidies and workers’ unions negotiate collective agreements fixing wages much higher than can be justified on productive grounds. . 

In short, rent-seeking behavior with strong characteristics of cronyism and corruption is chronic in Modern Greek society, resulting in emergence of a generally inefficient institutional economic framework that is financed through a dramatically expanding public deficit and debt and supported by a strong continental currency, the euro.

In such an economic environment the only tried and tested way to emerge from it is to follow the approach based on policies of promoting market solutions.  In other words, limiting the size of the state and the extent of its intervention, we have to bring it into complete conformity with the requirements of the school of the New Political Economy.

Faced with the impasse of interventionist policies in Greece[France], the greatest and most welcome surprise in [France]Greece’s grey and gloomy political and economic landscape is the application of a comprehensive economic proposal which brings to the fore the most dynamic mix of a well-organized liberalization economic policy upheld by the three pillars of privatizations, deregulation, and low taxation. A market solution policy agenda is in itself a necessary and sufficient condition which, in conjunction with the timeless conservative traditions, principles and values of the people of [France]Greece: integrity, hard work and ingenuity, has the potential to make the greatest contribution to effective handling of the cronyism and corruption and the construction of a new mini state, a private-oriented economy and a dynamic community that will turn away our country from lowest-common-denominator leveling of statist ethics and acknowledge the distinction, the leadership, of the intelligent, moral, and able, who provide the only competent and effective guide for promotion of both the public and the private interest.

The new political economy of market approach is the most effective policy against the sterile, ill-fated and - in a word - unsuccessful politics of the Memorandum that left intact the institutional structural problems of the[french] Greek economy that are so strongly connected with cronyism and corruption. The Memorandum, the troika, and the former government of New Democracy [UMP] and PASOK [PS]failed because they never defended and they never applied market solution policies and they never replaced statist institutions with free institutions.

________________________

 







 

event.details
Droit, législation et morale

 
La démocratie est un moyen non une fin

Friedrich Hayek






 

event.details
Le réchauffement climatique


Un billet d'humeur : le réchauffement climatique et les conférences inutiles

par bertrand Lemennicier octobre 2015

La formation des croyances : de la rectitude scientifique au politiquement correct, du politiquement correct à la violation des libertés individuelles .

par Bertrand Lemennicier février 2000.

L’État contre l'Environnement

par Murray Rothbard

Le problème du coût social

par Ronald Coase






















 

event.details
La guerre est la santé de l'Etat

Novembre 2015, billet d'humeur

par Bertrand Lemennicier

C'est la guerre...

C’est la guerre s’exclame notre Président et  nos
gouvernants. Nos élus de droite comme de gauche n’hésitent pas à répéter ce contresens dans un élan
d’irresponsabilité remarquable. En France, faire la guerre est une prérogative de la
Présidence de la République [
contrairement
à l'Allemagne  où c'est la cour suprême qui en décide; à l'Angleterre
et aux États Unis où le parlement et le Congrès respectivement en
décident, cette prérogative n'est pas dans les mains du chef de l'État
]
.
Les chefs d’État français ne se privent pas de jouer au petit soldat ou
au grand chef de l'armée en envoyant des corps expéditionnaires sur une
variété de théâtres d'opération (Tchad,
Mali-opération Barkhane- Centre Afrique -opération Sangaris- golf de
guinée-mission corymbe, ces opérations mobilisent -5300 hommes; Liban,
golf d'Aden, Océan indien-  sous mandat ONU, 1200 hommes sont mobilisés)
.
Au premier prétexte qui se
présente, nos hommes politiques utilisent ce pouvoir exorbitant pour
mener une politique
étrangère d'influence envers  d'ex
colonies ou protectorats souvent en vertu d'accords bilatéraux de
défense avec les autorités locales. Ils mènent aussi des guerres de
punition contre des State locaux gérés par des dictateurs en oubliant la
plupart du temps que le régime politique de leur pays n'est pas
nécessairement un exemple de démocratie comme le suggère cette
prérogative bien française de faire la guerre sans aucun contrôle du
parlement ou d'une cour constitutionnelle.

Dans
de telles opérations, il est alors important de mobiliser l’opinion
publique, si crédule
et versatile, pour réaliser une union sacrée autour du gouvernement. Les
français doivent soutenir ces interventions sur différents théâtres y
compris sur le sol
français au nom de la légitime défense. On encourage le peuple à brandir
le drapeau bleu blanc rouge
(une alliance bizarre entre des
républicains de droite en bleu, des royalistes en blanc et des
socialistes ou
communistes en rouge) et à chanter la Marseillaise (un vrai chant
guerrier qui prône que le
sang impur des "djihadistes radicaux" abreuvent nos sillons). Il s'agit
de raviver la fibre patriotique. Certains députés de droite réclament
même la fin de la suspension du service militaire édictée par Jacques
Chirac pour dresser nos jeunes en perdition dans les bras d'islamistes
sectaires.

En
fait, nos concitoyens, désarmés par leur propre gouvernement, ne
peuvent
opposer qu'une résistance en paroles ou en chansons, mais pas en actes, à
l’idéologie
de ceux qui commettent des attentats sur des tiers innocents. Cette
population crédule, beaucoup plus terrifiée par la caisse de résonance
des Médias télévisuels que par
l'inaptitude de nos gouvernants démontre une incapacité à penser par elle même d’une manière rationnelle les évènements
que nous affrontons. Ces attentats sont, pour l'instant, de
l'ordre des faits divers et n'ont pas l'ampleur qu'on leur prête si l'on
se reporte aux chiffres et si on les comparent à d'autres sources de
mortalité par exemple les homicides ou la mortalité routière.[745 homicides en France
en 2013, 672 en 2015 du 01/01 au 30 /10. 10500 suicides en moyenne
chaque année, 70 à 100 personnes meurent chaque année d'un accident
ferroviaire !
]

Nombre d'attaques terroristes dans le monde
période 01/01/2015au 23/11/2015
Nombre d'incidents
323
Nombre de tués
4617
Nombre de blessés
7931
Nombre de terroristes tués lors de l'attentat
87
Nombre de mort par terroriste tué
53
ratio des tués sur blessés
58%
France

Nombre d'incidents
4
Nombre de tués
146
Nombre de blessés
371
Nombre de terroristes tués lors de l'attentat
15
Nombre de morts par terroriste tué
10
ratio tués sur blessés
39%
Nombre de morts par attentat
36
Source : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_terrorist_incidents,_2015,calcul
fait par nos soins. Il y a des incertitudes et sous estimations du fait
du Nigéria, Nous n'avons pas comptabilisé les actes de guerre au sens ou
l'armée a été engagée contre Boko Haram.

Les
attentats les plus fréquents,
selon le GTI de 2014 (Global Terrorism
Index) restent ceux commis dans les dix premiers pays suivants : Irak,
Afghanistan, Nigéria, Syria, India, Somalia, Yemen, Philippines,
Thaïlande avec
un indice situé entre 10 et 7, La France en 2014 arrivait à la 52 ème
place,
avec un indice de 2, 67, en revanche en 2015, le calcul de cet indice
nous
remonte à la 36 ème place avec un indice de 4,5 sur 162 pays ! On ne
peut guère parler de victoire contre le terrorisme car cette année 2015
révèle
qu’un Djihadiste tue10 personnes pour un djihadiste tué, alors que le
ratio devrait
être inversé. On mesure la gravité des attentats en calculant le nombre
de tués par attentat. Dans le monde en 2015 on a observé en moyenne 14 tués par attentat et en France 36 compte tenu de celui de novembre.



D’abord, il ne s’agit
pas d’une
guerre mais d’une opération de police. Daesh n’est pas un État au sens
où nous
l’entendons, les groupes religieux qui le composent ne revendiquent
aucune
frontière. Si la Syrie retrouve son territoire, dont les frontières ont
été
dessinées arbitrairement par les anglais et les français en 1916, les
groupes
religieux radicaux retrouveront un autre territoire (Lybie, Sahel,
Yemen, irak etc.). Ce
sont des bandes organisées de combattants sans attache territoriale. On
ne
lutte pas contre eux comme s’il s’agissait d’un mouvement séparatiste ou
d’indépendantiste revendiquant un territoire pour y constituer un État à
la mode
occidentale comme le Hamas ou les autorités palestiniennes le font et
comme l'Irgoun l'a fait contre l'occupation anglaise avant la création
de l’État d’Israël.

Les
islamistes sont des bandes de combattants organisées et nomades qui pillent et
tuent à la manière de nos ancêtres francs ou normands avec un chef à leur tête,
comme Clovis ou Charlemagne l’était en leur temps.  Il est
amusant de
voir resurgir en plein 21 siècle l’émergence de ces « bandits nomades »
qui concurrencent par les armes l’ensemble de nos « bandits
stationnaires »
qui nous tiennent sous leur joug depuis l'absolutisme royal. Ceci donne
une actualité brûlante à une théorie économique et
politique de la formation des États modernes pensée par Bertrand de
Jouvenel 1972 (Du
pouvoir Hachette ) ou Mancur Olson 2000 (Power and Prosperity, Basic
Books) où une population soumise à la prédation de ces bandes préfèrent
un bandit stationnaire aux bandits nomades en compétition constantes
entre elles pour piller et tuer ceux qui produisent les richesses.

Nos
bombardements et occupations de territoires par des forces au sol ne servent à
rien faute de stratégie sur la façon de contenir ces bandits nomades ou de les éliminer. Ce sont des sommes astronomiques qui
sont dépensées au détriment du contribuable et des vies sacrifiées inutilement
dans un combat qui résulte d’interventions irresponsables de nos hommes
politiques dans la vie économique, sociale et politique de leur pays comme dans celles des autres pays.



 Nos
hommes politiques se trompent en voulant
exporter une fois de plus leur conception de l’État moderne et de la
démocratie à des
populations éclatées en une multitude de groupes religieux concurrents
dont le
coran, dans toutes ses différentes interprétations, constituent le socle
juridique de ses communautés. Nos gouvernants, à la manière de Bush
après l’attentat
contre les Twin Towers de New York, exploitent la peur du bon peuple
pour améliorer l'opinion que peuvent se faire les français sur leur
Président et gouvernants comme en témoignent les sondages. La gloire,
l’ivresse ou la logique du monopole de la violence (extension et
concentration de celui-ci dans les mains de quelques-uns) sont leurs
motivations principales. Regardez comment notre Président actuel se
pavane avec
son air de curé dans la cour des grands de ce monde sans peur du
ridicule. Il
prétend protéger les français contre tout : le chômage, le réchauffement
climatique, le terrorisme, la mortalité sur les routes etc.  Ce
n’est pas lui qui supporter les conséquences
de ses actes politiques en termes de vies sacrifiées et d’augmentation des impôts
mais les citoyens, doublement victimes de leur irresponsabilité. Ce n’est pas lui qui va au combat, ce n’est pas
lui qui
est exposé aux représailles, c’est nous. Avons-nous eu notre mot à dire
quand il
a commencé à impliquer l’État français en Syrie ou sur d'autres théâtres d'opérations extérieures ? Non.

Regardez
attentivement
autour de vous où sont les policiers (CRS) et les
militaires
(gendarmerie mobile ; gardes républicains) ? On les voit
essentiellement en charge de la protection des bâtiments gouvernementaux
et
diplomatiques. Au moindre problème, ils ferment les rues de Varenne et
de Babylone de
peur
qu’un automobiliste y dépose une bombe où prenne d’assaut Matignon. Ils
sont en
faction et en mission de protection là où les élus et les hommes
politiques travaillent
ou bien habitent. Les citoyens français qui ont besoin de protection
sont
contraints de faire appel à une sécurité privée désarmée par la Loi !
Avez-vous noté le fait suivant : les Djihadistes ne s’attaquent pas aux
chefs d’État ni à leur administration contrairement à des séparatistes
ou
indépendantistes. Nos hommes d’État agissent essentiellement comme le
propriétaire d'un troupeau de moutons qui voit sa ressources fiscale ou
ses profits diminuer parce que des bandes de loups sauvages s'attaquent à
leur troupeau. Nous ne sommes pas des moutons ou nous ne craignons pas
les loups à condition que nous laisse nous défendre, nous mêmes. Nos
hommes politiques  nous protègent parce qu'autrement cela
fait désordre et cela peut faire perdre des votes et amener au pouvoir
une faction politique concurrente. Vous en avez la preuve entre
l’attentat de janvier et
celui de
novembre, ils n’ont rien fait, entre temps, pour protéger les français
ou
les étrangers
sur notre sol. De toute façon avec eux c'est toujours de la faute aux
prédécesseurs, jamais de la leur. Ne soyons pas dupe de leur hypocrisie.
Ils ne sont pas
prêts, par exemple, à
dégarnir leur protection policière et militaire pour les allouer à celle
de
leurs électeurs. Ils préfèrent embaucher des fonctionnaires
supplémentaires à
la va vite, quitte à recruter quelques djihadistes au passage comme
l’ont
fait la
RATP ou à la SCNCF.

Toutes
les guerres ont pour conséquence l'accroissement du
pouvoir inquisitorial de l’État et l'entrave à la liberté de se déplacer
sans la sécurité espérée tant l’État est inefficace dans ses
entreprises. quand les sondages révèlent que les français sont prêts à
sacrifier un peu de liberté pour plus de sécurité, ils sont naïfs. En
fait ils auront moins de liberté et plus d'insécurité parce que celle-ci
n'est pas dans les mains de ceux qui pensent en faire le meilleur
usage, les individus eux-mêmes. L'état d'urgence permet de dépenser plus
l’argent du contribuable souvent de manière inconsidérée, d'accroître
les instruments législatifs et matériels de surveillance de nos
concitoyens, même en violation de la vie privée des individus
tels le « Patriot Act » (Loi pour unir et renforcer l'Amérique en
fournissant les outils
appropriés pour déceler et contrer le terrorisme). Cet état d’urgence
est
toujours proclamé
pour une période transitoire, le temps de la crise. Le « Patriot Act »
voté en 2001 est toujours en vigueur 15 ans après. « Patriot Act » dont
la prolongation a été revotée par le Congrès en 2006 ! Il en sera de
même
avec l’état d’urgence en France, pour la simple raison que l’on ne peut
affirmer
d’un côté
que cette lutte contre le terrorisme sera longue et de l’autre
affirmer que l'on va renoncer aux instruments appropriés législatifs ou
autres à la fin de la période légale de cet état d'urgence.



Hommes politiques et
chefs
militaires ne peuvent envisager d’autres solutions que celle du tout
État, en
cela ils suivent la loi immuable des États modernes, l’extension du
pouvoir et
sa concentration dans les mains de quelques personnes réalisée par la
Vème
république qui élit un Président tous les 5 ans au suffrage universel et
concentre le pouvoir à l’Élysée. Un homme,
un simple individu ordinaire, va détenir des pouvoirs hors du commun
sans opposition d'un parlement qui se trouve grâce au scrutin
majoritaire à sa botte. Pourquoi
croyez-vous que nos hommes politiques ont accepté si facilement de
synchroniser
élections présidentielles et élections parlementaires à 1 mois de
distance ?
Parce qu’avec la cohabitation le pouvoir politique était dans les mains
du
Premier ministre au lieu d’être dans celle de la Présidence, or l’un
était élu
par le suffrage universel et l’autre par une majorité parlementaire !
Lequel
des deux est le plus légitime ? Les institutions politiques et
électorales
jouent un rôle primordial dans nos démocraties. La Paix au moyen orient
existerait depuis longtemps si les chefs d’État israéliens étaient élus
au
scrutin majoritaire à un ou deux tours et non à la proportionnelle
intégrale.
Petite cause, grands effets. Les hommes politiques israéliens
sont parfaitement conscients de ce phénomène, mais ils ne passent pas à
un scrutin majoritaire. Ce qui révèle a contrario qu'ils ne veulent pas
faire la paix, ceci est une preuve indirecte que la guerre est par
nature la santé de l’État.



Le
problème du terrorisme contemporain au moyen orient, et dans le reste
du monde, est le produit de l’État moderne occidental. Il est donc
illusoire d'attendre de cette institution une solution. Il est ironique
qu'un groupe privé religieux, dit islamique, aux idéaux universalistes,
s'empare de territoires et y installe sa loi mettant en échec les
frontières des États locaux modernes issus des accords secrets
"Sykes-Picot" de 1916 entre anglais et français. Ces entités n'ont
jamais été des États-nations, en dépit de la volonté de certains
(Lawrence d'Arabie) de créer une nation arabe. Tant que les occidentaux
refuseront l'émergence spontanée d'une fragmentation par sécession des
États du Moyen Orient en plus petits États, homogènes à la fois
religieusement, culturellement et politiquement, (la République Alaouite
de Bachard el Assad avec le soutien des Russes, s'il n'arrive pas à
reprendre le contrôle des grandes villes comme Aleps, Oms et Damas -le
reste de la Syrie n'est qu'un grand désert-. L'autre formule, fragile,
est celle du Liban avec une forme de partage politique du pouvoir entre
les diverses communautés religieuses qui font de cet État un État qui n'a
rien d'occidental, les islamistes vaincront.


Quoique nous en pensions, le
Djihad est une guerre juste du point de vue des islamistes "ad Bellum"
et injuste "in Bello" car son arme essentielle est de tuer un maximum de tiers
innocents
. Les occidentaux répondent par une guerre injuste "ad
Bellum"
(en voulant exporter par les armes, s'il le faut, un régime politique
démocratique, comme si la démocratie majoritaire était le meilleur des
régimes politiques) et une guerre juste "in Bello" en évitant le plus
possible de frapper des tiers innocents. Cette asymétrie n'est pas à
l'avantage des occidentaux car une guerre doit être à la fois
juste "ad

Bellum" et "in Bello"). Le terrorisme paradoxalement renforce chez les
hommes politiques la prétention de faire une guerre juste en utilisant
les concepts de droit naturel de" légitime défense
et de droit de suite (intervention au sol en Syrie), concepts dont ils
interdisent évidemment l'utilisation à leurs propres concitoyens en
contrôlant le
droit de porter et d'utiliser les armes et en décidant eux-mêmes, si
vous utilisez votre arme, légalement obtenue, pour vous défendre, si
vous
étiez vraiment en état de légitime défense et si votre riposte est
proportionnelle au dommage attendu ! Les juges (le Conseil
constitutionnel) n'ont pas cette prérogative à l'égard des décisions des
hommes politiques mais chaque citoyens qui cherchent à se défendre et à
pratiquer le droit de suite contre un bandit se retrouvera en prison
pour avoir braver le monopole de l’État sur la violence.

Le plus
simple
semble-t-il, mais c'est sans doute trop tard, eut été de laisser ces
États locaux régler leurs problèmes entre eux sans intervention
occidentale. Mais il y a des solutions simples pour endiguer ce
phénomène que nous avons exploré dans le texte suivant :

La lutte contre le terrorisme: les alternatives    par Bertrand Lemennicier, janvier 2013

L'attentat de Charlie Hebdo par Bertrand Lemennicier  janvier 2015







 

event.details
la déréglementation des taxis parisiens

  Deux solutions sont proposées 1) rembourser le prix des licences de taxis pour la génération actuelle des chauffeurs de taxis et établir la liberté d'entrée sur ce marché après le dédommagement;2) supprimer les licences et permis sans dédommagements et rétablir ou établir immédiatement la liberté naturelle d'entrée sur le marché à n'importe qu'elle forme entrepreneuriat.


 

event.details
stratégie vers la liberté (actualisé en mars 2011)

"Une théorie systématique de la liberté est un phénomène rare; mais l’exposé d'une théorie pour une stratégie de passage à la liberté est pratiquement introuvable"
Cette phrase écrite par M.Rothbard dans le dernier chapitre de son livre sur l'Ethique de la liberté, paru en 1982, reste d'actualité, en dépit du fait que les révolutions conservatrices britanniques et américaines, celles du Chili ou de la Nouvelle Zélande comme des expériences de la transition à une économie de marché des pays de l'Est , ont permis de développer un certain savoir faire dans ce domaine. Il n'empêche que l'exposé d'une théorie pure pour une stratégie de passage à la liberté comme de son application à la France reste à faire. C'est l'objet de ce texte que de proposer une esquisse de cette théorie et de son application au cas français.


The libertarian Mind
https://www.youtube.com/watch?v=-2kHLTA9zO0









 

event.details
Le vote obligatoire


La doctrine classique de la démocratie
par Joseph SChumpeter

De la liberté des anciens et des modernes
par Benjamin Constant

Pourquoi je ne suis pas un conservateur
par Friedrich von .Hayek

Planisme et démocratie
par Friedrich von .Hayek

Pourquoi je ne suis pas démocrate
par Christian Michel

A bas la démocratie 
par Hans Herman Hoppe

De la liberté de pensée et de discussion 
par John Stuart Mill

Vote et marché
par James Buchanan










 

event.details
L'abstention aux élections

 


























 

event.details
la déchéance de la nationalité


Déchéance de nationalité, une vieille tradition…

par Olivier Berruyer dans Histoire/ Médiapart janvier 2016

 Loi du 23 juillet 1940 relative à la déchéance de la nationalité française des personnes ayant quitté la France (JO du 07/1940)

Nous, Maréchal de France, chef de l’Etat français,

Le conseil des ministres entendu,

Décrétons :

Article premier. – Tout Français qui a quitté le territoire français métropolitain entre le 10 mai et le 30 juin 1940 pour se rendre à l’étranger sans ordre de mission régulier émanant de l’autorité compétente ou sans motif légitime sera regardé comme ayant entendu se soustraire aux charges et aux devoirs qui incombent aux membres de la communauté nationale et par suite avoir renoncé à la nationalité française.

Il sera, en conséquence, déchu de cette nationalité par décret rendu sur le rapport du garde des sceaux, ministre secrétaire d’État à la justice.

Cette mesure prendra effet à partir du jour fixé par le décret et pourra être étendue à la femme et aux enfants qui ont suivi l’intéressé.

Art. 2. – Les biens appartenant à ceux contre lesquels la déchéance de la nationalité française aura été prononcée par application de l’article précédent seront, à la requête du ministère public, placés sous séquestre par ordonnance du président du tribunal civil du lieu de leur situation.

Cette ordonnance sera publiée par décret au Journal officiel.

Il sera, à la requête du ministère public, procédé, à l’expiration d’un délai de six mois à dater de l’insertion de l’ordonnance, à leur liquidation, sous l’autorité du président du tribunal civil et sous la surveillance du ministère public.
Le solde du produit de la liquidation sera versé à la caisse du Secours national.

Art. 3. – Le présent décret sera publié au Journal officiel et exécuté comme loi de l’État. 

Ce précédent a dû inspirer Yann Galut puisqu'il a proposé la déchéance de la nationalité pour tous les exilés fiscaux.






 

1 2 3 4
 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.