Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
Le combat intellectuel contre la pensée libérale à l'université
Le déclin des Etats Nations
Nos élus sont-ils légitimes?
Réformer le droit du travail
le pacte républicain : un piège à ....?
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
Version imprimable
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
Les effets du syndicat sur la productivité du travail


 Taylor contre Montebourg

L’échange de lettres entre
Maurice Taylor (PDG de Titan) et Arnaud Montebourg (Ministre du redressement
productif) révèle un paradoxe que tout le monde a pu noter en lisant leurs
échanges épistolaires: l’un (le chef d’entreprise) critique un temps de travail
des ouvriers en France particulièrement faible consécutivement à l’action des
syndicats, en effet Taylor écrit dans les Échos:

« J'ai visité cette
usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais
ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur
déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l'ai
dit en face aux syndicalistes français. Ils m'ont répondu que c'était comme ça
en France (...) »
 ;

l’autre (le Ministre) dans sa réponse vante :

 « la qualité et la productivité de la
main d'œuvre française, l'engagement, le savoir-faire, le talent et les
compétences des travailleurs français. ». 

Comment les salariés français peuvent-ils être
productifs et simultanément travailler aussi peu d’heures par jour, par
semaine, par an ou tout au long de leur vie comme le révèlent les statistiques alors que l'on se plaint du manque de compétitivité des entreprises françaises?
 Une incursion dans la théorie économique
permet très simplement de comprendre ce paradoxe.



 






















Si le taux de salaire est
augmenté artificiellement par l’action syndicale, quelle sera la réaction de l’employeur
pour minimiser ses coûts ou maximiser ses profits ? Il y a trois façons non exclusives les unes des autres de
rétablir  l'égalité entre le taux de salaire horaire et la valeur de la
productivité d’une heure de travail supplémentaire règle d'airain de la minimisation des coûts :

1) lutter contre la
hausse du taux de salaire artificielle des syndicats en
délocalisant son entreprise vers des pays au salaire plus faible ou moins
syndiqué ;

2) augmenter le prix de vente du produit offert sur le marché,
faisable si la firme est en situation monopolistique sur le marché de ses
produits ;

3) améliorer la productivité du travail soit directement en
diminuant les heures de travail soit indirectement en modifiant la combinaison
des facteurs de production par une substitution de la machine à l’homme.

LES
EFFETS DU SYNDICALISME SUR LA PRODUCTIVITÉ DU TRAVAIL







 























   
 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.