Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
le déclin des états nations
Le service civil obligatoire
La démocratie est un moyen non une fin
Nos élus sont-ils légitimes?
la déchéance de la nationalité
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
Version imprimable
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
Droit, législation et morale



Droit, législation et morale
par Bertrand Lemennicier 

"Jamais, en vérité, au cours de l'histoire entière, les gouvernements n'ont été comme aujourd'hui dans la nécessité de se plier aux desiderata spéciaux d'un grand nombre d'intérêts particuliers".[...] "Jamais, en vérité, au cours de l'histoire entière, les gouvernements n'ont été comme aujourd'hui dans la nécessité de se plier aux desiderata spéciaux d'un grand nombre d'intérêts particuliers" .[....]"Le résultat de cette évolution est que le concept de loi, lui-même, a perdu toute signification."   F. Hayek 1979,  Law, Legislation and Liberty,  Routledge and Kegan Paul, London

En ces temps d'avancées sociétales sous la présidence de François Hollande, il est bon de revenir aux fondamentaux de la démocratie en empêchant les factions politiques de servir leurs intérêts en utilisant la législation et le droit pour atteindre leurs objectifs. Ces factions imposent au reste de la population leurs propres convictions religieuses, politiques, économiques, artistiques et scientifiques. Le Droit et la législation n'ont pas pour objet de décider du beau et du laid, du bien ou du mal, du vrai ou du faux  dans tous les domaines de la vie en société, mais de résoudre des conflits "moraux" entre les citoyens à propos des services rendus par les choses ou les personnes.

Le Droit a pour objet de rendre compatible entre les individus la diversité de leurs conceptions morales, politiques, économiques, scientifiques ou artistiques. Il n'a pas pour objet d'engendrer les haines et les conflits en imposant à tous les conceptions de certaines minorités intellectuelles  qui sont, à un moment donné, politiquement puissantes. Les citoyens au nom desquels les hommes politiques  s'expriment n'ont aucune légitimité pour nous imposer leurs préférences ou leurs intérêts particuliers.

Les citoyens doivent cesser de demander aux hommes politiques de réaliser leurs préférences et leurs intérêts particuliers. L'homme politique ne peut atteindre cet objectif  que par l'usage de la coercition ou de la violence dont il a le monopole légal. L'usage de la violence n'est jamais anodine, elle engendre  terreur et haine chez la victime (ou qui croît l'être) à l'égard de son agresseur. La violence politique n'échappe pas à cette loi. Servir les intérêts de quelques citoyens par la violence politique se fait toujours au dépens de certains autres concitoyens minoritaires ou majoritaires selon les cas.

C'est par lâcheté et anonymement (secret du vote) que nous, agissons ainsi en attendant des autres qu'ils fassent les sacrifices que nous devrions faire nous même.

Nous devons réapprendre à régler nos affaires religieuses, économiques, artistiques, scientifiques, morales sans faire appel à la politique c'est-à-dire à la violence légale. Nous devons nous désintéresser de l’État et de son pouvoir, même si, chez certaines de nos concitoyennes et concitoyens, on sait quelle fascination il exerce.

















 
La démocratie est un moyen non une fin

Friedrich Hayek






   
 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.