Le vote obligatoire


Le vote obligatoire aux élections: un autre pas vers la servitude involontaire.  

Par bertrand Lemennicier avril 2015
Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote  dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.



Il y a trois facettes à cette question de l'instauration du vote obligatoire. La première concerne  un phénomène statistique: est-ce que obligation de voter donnerait un résultat différent de celui observé quand le vote n'est pas obligatoire? Est-ce que le résultat avec 90% de votants donnerait des résultats différents de ceux obtenus avec 50% de votants? La deuxième concerne la représentativité de nos élus: si la fraction des votes exprimés pour le parti qui emporte les élections est minoritaire, est-ce que l'on peut juger  le gouvernement comme non représentatif des citoyens et donc le considérer comme illégitime? La troisième concerne la démocratie elle même: en quoi cette façon de prendre des décisions collectives est-elle morale? Si voter est immoral, alors forcer quelqu'un à faire quelque chose d'immoral est contraire à la législation produite par la démocratie elle-même. On ne peut pas, normalement, obéir à à des ordres commandités par d'autres qui consistent à tuer ou voler autrui. La loi poursuit non seulement l'exécutant (ici l'homme politique) mais aussi les commanditaires (ici les électeurs). Or, en allant voter, le citoyen commandite de tels actes. On comprend mieux que ces derniers se cachent derrière l'anonymat, c'est-à-dire le secret du vote et les premiers veulent éliminer l'article 2 de la déclaration des droits de l'homme de 1789 au préambule de notre constitution.

"Le but
de toute association politique est la conservation des droits naturels
imprescriptibles de l’homme ; ces droits sont la liberté, la propriété et
la résistance à l’oppression."
























La doctrine classique de la démocratie
par Joseph SChumpeter

De la liberté des anciens et des modernes
par Benjamin Constant

Pourquoi je ne suis pas un conservateur
par Friedrich von .Hayek

Planisme et démocratie
par Friedrich von .Hayek

Pourquoi je ne suis pas démocrate
par Christian Michel

A bas la démocratie 
par Hans Herman Hoppe

De la liberté de pensée et de discussion 
par John Stuart Mill

Vote et marché
par James Buchanan










   
 top