gradualisme ou thérapie de choc


 
Gradualisme contre thérapie de choc, le débat de fond entre Juppé et Fillon.

Par Bertrand Lemennicier/25 novembre 2016

Le
débat entre les deux finalistes de la primaire à droite, Alain Juppé et
François Fillon, illustre un problème classique du passage d'une
économie socialisée et planifiée à une économie de marché. Ce problème a
été le cauchemar des hommes politiques des pays de l’Est, dans les
années 1990 après l’effondrement de l’Union Soviétique. Transformer une
économie planifiée et très socialisée en une économie de marché ne s’est
pas fait sans douleur.  La réforme diminue
transitoirement le niveau de vie sur le court terme. Les fruits de ce
sacrifice permettront à long terme d’assurer une croissance
permanente et  un niveau de vie plus élevé. Comme tout investissement, cette politique
est risquée. 

Les hommes politiques de ces pays en transition, comme
ceux des pays occidentaux qui ont fait une transition entre un modèle
d’économie socialiste, ou social-démocrate vers une économie de marché,
ont réfléchi à la façon dont il fallait réformer le pays pour minimiser
les coûts transitoires attendus. La réponse tient en quelques principes
entre lesquels il faut arbitrer : les processus de la transition, les
instruments de la transition et les limites de l’État dans sa taille
comme dans son pouvoir d'opprimer les citoyens et de concentrer ce
pouvoir dans les mains de quelques uns. Ce débat sera au cœur de la campagne présidentielle de 2017. Fillon doit convaincre l'électeur médian de la nécessité et faisabilité d'une thérapie de choc dans le prochain quinquennat. 




 
   
 top