Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
les Etats généraux de la bioéthique 2018
Le service civil obligatoire
Vive le réchauffement climatique
80 km/h sur les routes départementales
Le combat intellectuel contre la pensée libérale à l'université
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
Version imprimable
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 
80 km/h sur les routes départementales


 

80 km/h sur les routes départementales, pourquoi pas 10 km/h et pourquoi pas zéro pendant qu'on y est. Si l'objectif du zéro mort dans les déplacements sur le réseau routier et urbain est le but recherché, tolérer les morts en dessous de 80 km/h et  les refuser au dessus,  est irresponsable et hypocrite de la part du premier ministre. S'il n'est pas capable de résister aux groupes de pression "hygiénistes" de la santé publique et aux bureaucrates de la sécurité routière qui oppriment la population au nom du "bien", il n'est pas un homme politique. Il est amusant de l'entendre se féliciter de braver l'impopularité de cette mesure au nom d'un savoir qu'il prétend être supérieur à celui des individus alors qu'il de connaît ni la valeur de la vie des morts prématurés sur les routes, ni la valeur des pertes de temps et de mobilité imposées aux usagers des routes départementales par la réglementation qu'il édicte. En effet, où est l'étude du coût d'opportunité de cette réglementation ? Comment peut-il prétendre gouverner un pays s'il ne peut répondre à cette question ? Comment un élu bardé de diplômes (I.E.P/ENA) comme lui n'a pas encore compris le concept élémentaire de coût d'opportunité ? Qu'enseigne-t-on dans ces écoles ?

Combien de morts économisent-on en abaissant la vitesse de 10 km/h sur les routes départementales, quelle est la valeur de ces vies humaines économisées ? On attend les données. Admettons que la réglementation économise 12 morts prématurées à l'année et que la valeur de chaque vie  épargnée est de 1 million d'euros, cela fait 12 millions d'euros du côté des gains de la réglementation. Chacun sait que le temps perdu c'est de l'argent or sauver quelques vies humaines en imposant aux millions d'usagers de ces routes une perte de temps de quelques minutes a un coût d'opportunité. Supposons que la diminution de la vitesse fait perdre 3 minutes par trajet, pour 2 trajets par jour, cela fait 730 trajets par an multiplié par la valeur des 3 minutes perdues suite à la réglementation. La valeur des trois minutes est dans la tête du conducteur, lui seul connaît le coût monétaire ou non monétaire attendu des trois minutes perdues (qui luit fait rater un rendez-vous important), pour simplifier prenons un coût horaire de 10 euros de l'heure soit 33 cents la minute ce qui ramène le coût des 3 minutes perdues à 1 euro. Pour 730 trajets par an la perte est de 730 euros. Maintenant prenons 1 million d'usagers par an sur les routes départementales concernées, le coût d'opportunité est de 730 millions d'euros à comparer au 12 millions d'euros des vies épargnés. A ce coût du temps il faut ajouter toutes les dépenses de contrôle de vitesse et  celui de la moindre mobilité sur ces routes pour l'ensemble de la population. Or, prétendre qu'il faut sacrifier les ressources temporelles de milliers d'usagers pour sauver la vie de quelques uns dont la valeur n'est pas infinie doit être démontrée autrement que par l'appel à l'émotion, la peur ou la compassion car dans la réalité il s'agit de sacrifier la vie du plus grand nombre au profit de quelques uns.

Les mythes de l'insécurité routière









 
   
 top
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.