Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
Le déclin des Etats Nations
Terrorisme
Droit, législation et morale
stratégie vers la liberté (actualisé en mars 2011)
L'abstention aux élections
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 

 
Le vote obligatoire

Le vote obligatoire aux élections: un autre pas vers la servitude involontaire.  

Par bertrand Lemennicier avril 2015
Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote  dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.



Il y a trois facettes à cette question de l'instauration du vote obligatoire. La première concerne  un phénomène statistique: est-ce que obligation de voter donnerait un résultat différent de celui observé quand le vote n'est pas obligatoire? Est-ce que le résultat avec 90% de votants donnerait des résultats différents de ceux obtenus avec 50% de votants? La deuxième concerne la représentativité de nos élus: si la fraction des votes exprimés pour le parti qui emporte les élections est minoritaire, est-ce que l'on peut juger  le gouvernement comme non représentatif des citoyens et donc le considérer comme illégitime? La troisième concerne la démocratie elle même: en quoi cette façon de prendre des décisions collectives est-elle morale? Si voter est immoral, alors forcer quelqu'un à faire quelque chose d'immoral est contraire à la législation produite par la démocratie elle-même. On ne peut pas, normalement, obéir à à des ordres commandités par d'autres qui consistent à tuer ou voler autrui. La loi poursuit non seulement l'exécutant (ici l'homme politique) mais aussi les commanditaires (ici les électeurs). Or, en allant voter, le citoyen commandite de tels actes. On comprend mieux que ces derniers se cachent derrière l'anonymat, c'est-à-dire le secret du vote et les premiers veulent éliminer l'article 2 de la déclaration des droits de l'homme de 1789 au préambule de notre constitution.

"Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels imprescriptibles de l’homme ; ces droits sont la liberté, la propriété et la résistance à l’oppression."





 
Le déclin des Etats Nations

Le déclin des États Nations par fragmentation, sécession et privatisation des  gouvernements

Par Bertrand Lemennicier

25 /02/2015

Faut-il créer un État Mondial en donnant à l'ONU le droit de taxer chaque État national afin de développer une force militaire permanente d'intervention internationale, de transformer le Fonds monétaire International en banque centrale indépendante et prêteuse en dernier ressort avec une seule monnaie, le Terra ou le Phoenix, ayant cours forcé et légal sur la terre entière? Faut-il créer un État Fédéral Européen centralisé ou faut-il, au contraire, instaurer une concurrence entre les différents États membres ? Faut-il supprimer les États nationaux européens et l’Etat français en laissant aux Basques, aux Bretons, aux Alsaciens, aux Niçois, aux Savoyards, aux Corses ou aux habitants de l’ex-république des Escartons le droit de vivre à leur guise et de gérer leurs relations inter individuelles dans le cadre d'un État de Droit, sans États nationaux, ou supra nationaux. 


       
 
Terrorisme




Le problème du terrorisme contemporain au moyen orient, c'est la nature même de l'Etat moderne occidental. Contrairement à ce que pensent les hommes politiques et les intellectuels dont ils s'inspirent, l'Etat moderne n'est pas la solution. Il est ironique qu'un groupe privé religieux dit islamique avec une idéologie religieuse universaliste, s'empare de territoires et y installe sa loi en mettant en échec les frontières des Etats locaux modernes issus des accords secrets "Sykes Picot" de 1916 entre anglais et Français. Etats modernes certes, mais sans "nation" en dépit de la volonté de certains (Lawrence d'Arabie) de créer une nation arabe.

Tant que les occidentaux refuseront l'émergence d'une fragmentation des Etats du Moyen Orient en plus petits Etats homogènes religieusement, culturellement et politiquement, les islamistes vaincront. Le Djihad est une guerre juste (du point de vue des islamistes) "ad bellum" et injuste "in bello" car son arme essentielle est de frapper des tiers innocents. Tandis que les occidentaux répondent par une guerre injuste "ad bellum" (par la volonté d'imposer leur conception de l'Etat Moderne) et juste" in Bello" en évitant le plus possible des dommages collatéraux. Cette asymétrie risque bien de les faire perdre ce combat.

 
La déréglementation des taxis parisiens

                         

L’affaire des applications sur les téléphones mobiles de Uberpop pour le covoiturage payant dans la ville de Paris met en péril le marché protégé des chauffeurs de taxis. Cette concurrence à la marge du marché des taxis parisiens revient à déréglementer ce cartel des chauffeurs de taxis protégés par l’Etat. Elle heurte de plein fouet les intérêts des chauffeurs de taxis qui ont payé la licence de manière légale (mais non légitime) pour exercer leur métier en détruisant l’exclusivité sur une part de marché. Elle illustre les difficultés de réformer les institutions françaises sans une thérapie de choc. 

Déréglementation des privilèges acquis : chauffeurs de taxis, pharmaciens, notaires, etc.

Par Bertrand Lemennicier

 Première version 1991/ texte revu en 2014

       
       
LES AUTRES INFOS, NEWS, EVENEMENTS A LA UNE
Droit, législation et morale
stratégie vers la liberté (actualisé en mars 2011)
L'abstention aux élections
La dette publique
Faut-il encourager la corruption des hommes politiques?
l'irresponsabilité institutionnelle des juges
Emigrer n'est pas la solution à la tyrannie fiscale
Le pouvoir de nuisance des syndicats

Plus
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.