Accueil
Vidéo conférences
 
Autres universes
Curriculum Vitae
 
Voir Panier
Connection client :
   
 
Nouveau compte ?
 
Evènements à la une
Réformer le droit du travail
Le déclin des Etats Nations
Nos élus sont-ils légitimes?
le pacte républicain : un piège à ....?
les élections présidentielles de 2017
 
Recherche
 
Nous contacter
Liens
Plan du site
 
 
  
 
Powered by
BWM Mediasoft
Bienvenue sur le site de Bertrand Lemennicier  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont : la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression (Article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789)  "Quand même tu aurais à vivre trois mille ans, et trois fois dix mille ans, dis-toi bien que l'on ne peut jamais perdre une autre existence que celle qu'on vit ici-bas, et qu'on ne peut pas davantage en vivre une autre que celle qu'on perd". Marce Aurèle, Pensées, Livre II, maxime 14  "La vertu de la rationalité signifie la reconnaissance et l'acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d'action" Ayn Rand , La vertu d'égoisme,  J'ai le pouvoir d'exister sans destin, Entre givre et rosée, entre oubli et présence. Médieuse de Paul Eluard 1939 

 
Réformer le droit du travail

Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour

Macron sera-t-il le Gorbatchev Français ?

La réforme du droit du travail nécessite une bonne compréhension de ce qu'il est avant de se lancer dans une telle aventure.

Le droit du travail n'est pas du droit mais de la législation. Son but est de préserver le pouvoir des syndicats.  Toute entente ou cartel de travailleurs ou de chefs d'entreprises se heurte à deux obstacles pour perdurer dans le temps : 1) la compétition des travailleurs étrangers prêts offrir temps et compétence à un prix plus faible que les autochtones , 2) le non-respect des quotas de travail par les membres du cartel pour restreindre l'offre et bénéficier d'un prix du travail supérieur à celui qui aurait été observé en absence de cartel. Les moyens utilisés par les syndicats, qui parlent au nom de l'entente des travailleurs, pour lutter contre la compétition des travailleurs étrangers et/ou non syndiqués et contre les travailleurs qui trichent avec les accords du cartel consiste à user de la violence ou de sa menace. Mais cet usage privé de la violence se heurte au monopole de l’État sur l'usage de la force. Ce dernier ne peut tolérer un pouvoir violent s'opposant à son monopole. Les hommes d’État sont alors amenés à composer avec les syndicats pour minimiser l'usage de cette violence inhérente aux ententes de travailleurs. Le plus simple pour réaliser cet objectif est de mettre la police de l'entente  dans les mains de l’État. Le droit du travail est l'expression de cette police de l'entente pour lutter contre ces deux forces qui tendent à faire éclater l'entente entre les travailleurs salariés.

Détricoter  ou réformer le droit du travail veut dire deux choses: casser le cartel des syndicats en renonçant à assurer la police de l'entente. Ce qui reviendra à accroître la compétition des travailleurs étrangers (travailleurs détachés et immigration) à inciter les travailleurs et entrepreneurs nationaux à ne pas respecter les quotas de travail imposés par le cartel (salaire minimum-83% du salaire médian-, durée maximale d'heures de travail-35 heures ou 32 heures- et restrictions à l'embauche- diplômes par exemple-). C'est ce tour de force que doit réaliser un pouvoir politique qui veut libérer le marché du travail de l'emprise des syndicats. Les syndicats l'ont bien compris. La question qui se pose alors est quelle est la tactique que vont prendre les conseillers du PDG de l’État Français  pour réussir ce tour de force sachant que les dirigeants syndicaux ne vont pas se laisser faire?

  Les décideurs politiques et conseillers du Prince devraient s'informer sur les leçons de la micro-politique pour libéraliser ce marché et ne pas rééditer à grande échelle l'expérience du CPE de 2006.



par Madsen Pirie Adam Smith Institute
 
Le déclin des Etats Nations

Le déclin des États Nations par fragmentation, sécession et privatisation des  gouvernements

Par Bertrand Lemennicier

25 /02/2015

Résultat de recherche d'images pour

Faut-il créer un État Mondial en donnant à l'ONU le droit de taxer chaque État national afin de développer une force militaire permanente d'intervention internationale, de transformer le Fonds monétaire International en banque centrale indépendante et prêteuse en dernier ressort avec une seule monnaie, le Terra ou le Phoenix, ayant cours forcé et légal sur la terre entière? Faut-il créer un État Fédéral Européen centralisé ou faut-il, au contraire, instaurer une concurrence entre les différents États membres qui retrouvent leur souveraineté (tel le Brexit) dans le cadre d'une zone de libre échange ? Faut-il supprimer les États nationaux européens et l’État français en laissant aux Basques, aux Bretons, aux Alsaciens, aux Niçois, aux Savoyards, aux Corses ou aux habitants de l’ex-république des Escartons le droit de vivre à leur guise et de gérer leurs relations inter individuelles dans le cadre d'un État de Droit, sans États nationaux, ou supra nationaux.

Les États Européens vers 1220 avant l’État Nation.
Afficher l'image d'origine


       
 
Interview-Revue Argument-Grégoire Canlorbe

Bertrand_lemennicier_mai_2006.jpg 

Interview Revue Arguments
Arguments — Revue européenne de science, vol. 2, n°2, été 2017
Comme disent les sondeurs, ce n’est qu’une photographie à un moment donné de mes réflexions sur les sujets proposés à la discussion. Suite aux réactions que j'ai lues sur Facebook j'ai rajouté, en bleu foncé, quelques réflexions supplémentaires pour affiner mes réponses..
Interview Revue Arguments annoté

 
 
Nos élus sont-ils légitimes?


Résultat de recherche d'images pour

Devant les taux d’abstention très élevés observés lors des législatives de 2017, les commentateurs, journalistes et les hommes politiques,  lors des débats télévisés, soulèvent la question de la légitimité de l’élection 2017 et celle de la représentativité des élus. Ceux qui ont été élus peuvent se prévaloir de la légalité de leur élection, mais ils ne peuvent pas s'attribuer la notion de légitimité, qui une qualité de ce qui est fondé en équité et en raison (cf. Littré) avec celle de légalité qui veut dire être conforme à la loi.


       
       
LES AUTRES INFOS, NEWS, EVENEMENTS A LA UNE
le pacte républicain : un piège à ....?
les élections présidentielles de 2017
L'abstention aux élections
la déchéance de la nationalité
Les transplantation d'organes
Terrorisme
Le vote obligatoire
gradualisme ou thérapie de choc

Plus
Vidéo conférences - Autres universes - Curriculum Vitae
Nous contacter - Liens - Plan du site - Conditions Générales de Vente

Copyright © 1996-2008 Bertrand Lemennicier. Tous droits réservés.